Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Le cinéma gouvernemental

  1. Merlin a lieu d’être flatté de la haute distinction que lui confère le Gouvernement : il est, ni plus ni moins, le premier Vice-Roi de la République française pour l’Afrique.

Mais il n’a pu s’empêcher de dire qu’il regrettait cette grande île où, après l’énorme travail de préparation qu’il avait accumulé, il se sentait à point pour l’application des qualités d’expérience et de maîtrise coloniales que des appréciateurs considérables lui ont reconnues.

  1. Garbit reviendra sans doute plus tard ; on se plaît à croire qu’il a, aujourd’hui, tout ce qu’il faut pour faire donner leur plein effet à ses qualités incontestables : la science – difficile – de connaître ses véritables amis, ceux que n’étouffent ni la haine ni l’ambition.
  2. Schrameck tient une place remarquée au premier rang des Préfets de la IIIe République. C’est la première fois que le Gouvernement détache ainsi le préfet d’un département considérable pour l’envoyer en quelque sorte en mission spéciale au loin. Le cabinet Clemenceau doit avoir obéi là à de très importantes considérations. Mais M. Schrameck ne connaît rien de Madagascar ; c’est encore toute une école à faire.

Cette cinématique gouvernementale, où donnent les grands premiers rôles, est l’indice d’une crise collective des plus graves intérêts nationaux et dont nous ignorons la nature ; mais tous ici nous devons y porter une grande attention.

Une fois de plus sont montrés les inconvénients de cette instabilité administrative dont les effets peuvent être traduits pour ces mots qu’il nous faut trop souvent prononcer : Tout est à recommencer !

Espérons que c’est la crise finale qui nous conduira à un régime.

On dit…

On dit que le départ du gouverneur pourrait ne pas être isolé.

On s’accorde aussi à penser dans les milieux bien informés, dont nous ne recueillons que de faibles échos, que M. Hesling pourrait être nommé gouverneur avant le départ de M. Merlin et être pourvu d’un poste.

Mais tout cela n’est que des on dit… Attendons.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique