Flash
Préc Suiv

Communication gouvernementale : dysfonctionnements flagrants

Communication gouvernementale  : dysfonctionnements flagrants

Problème de communication ou incompréhension ? Intérim, démission, bilan de santé ou mission à l’extérieur, le décret portant nomination de Benjamina Ramarcel Ramanantsoa au poste de Premier ministre par intérim fait polémique sur les réseaux sociaux.

Comme chaque mardi, les porte-paroles de Mahazoarivo distribuent par mail auprès des organes de presse, le communiqué relatif au conseil du gouvernement. Et ce jour-là, fait inhabituel, une autre pièce jointe fait également partie de l’envoi. Il s’agit du décret n°2018-097, «chargeant  Monsieur  Ramarcel Ramanantsoa, ministre auprès de la Présidence chargé des projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’équipement, de l’intérim du premier ministre, chef du gouvernement».

Dans ce sens, ces éléments d’informations devaient faire l’objet d’une large diffusion dans les médias. C’est la raison d’être même de ces communications. D’ailleurs, quelques journaux de la place ont annoncé en Une, avant-hier, ce décret.

Et chacun est libre de son interprétation, notamment sur les réseaux sociaux, comme quoi le Premier ministre pourrait être démis de ses fonctions. Car après la publication médiatique, ce décret a également fait le tour du facebook qui n’a cependant pas plu au principal concerné en intervenant sur une station privée de la capitale hier.

«Je me demande dans quel but cela a été fait», a-t-il fait savoir. Pour le chef du gouvernement, l’information aurait pu être prise autrement si celle-ci n’avait pas été publiée sur les réseaux sociaux. Alors que le ministère de la Communication et des relations avec les institutions (MCRI) lui-même qui l’a diffusée sans retenue.

D’après les explications du PM, il effectue un contrôle médical de routine. «La situation est tout à fait normale, l’intérim ou l’absence du Premier ministre est souvent constaté par décret», a-t-il indiqué.

Procédure habituel

Le Premier ministre serait-il alors mal informé de cette procédure ou y a-t-il réellement un malaise au sein du gouvernement ?

Plus encore, si le Premier ministre avait déjà déclaré face à la presse, dimanche dernier, son déplacement qu’il a qualifié de bilan de santé de routine, le décret publié par le gouvernement parle seulement d’une mission à l’extérieur. Une phrase qui a alimenté les discussions sur la possibilité d’un départ déguisé de l’actuel Premier ministre dont la rumeur continue d’alimenter la presse, ces jours-ci.

En tout cas, il est clair qu’il y a un disfonctionnement et un problème de communication au niveau de l’Exécutif. Pour Olivier Solonandrasana, ce décret n’aurait jamais dû être rendu public. D’après lui, certaines personnes souhaiteraient uniquement créer des tensions dans le pays. La réaction des observateurs semble ainsi normale en envisageant toutes les possibilités, à savoir la démission ou le limogeage du Premier ministre, d’autant plus que la date de son retour n’avait pas été précisée.

Des rumeurs qui ont vite été éclaircies par le directeur de cabinet de ce dernier hier à Mahazoarivo. «Le Premier ministre reviendra au pays demain (ndlr : ce jour) et reprendra ses fonctions», a-t-il expliqué. Parmi celles-ci, la préparation du team-building prévu se tenir les 13 et 14 février prochains.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.