Flash
Préc Suiv

Trafic : 126 tortues saisies sur un assistant parlementaire

Trafic :  126 tortues saisies sur un assistant parlementaire

La tentative de trafic de tortues regagne du terrain. Après une découverte de 282 tortues vivantes et 178 mortes à bord d’un bateau à Morondava récemment, un assistant parlementaire de Toliara a essayé de faire passer ni vu ni connu 126 tortues, bien dissimulées dans ses bagages, avant-hier à  l’aéroport d’Ivato. La Police de l’air et des frontières (Paf) l’a arrêté sur-le-champ.

Muni d’un passeport de service et un ordre de mission signé par le président de l’Assemblée nationale, Jean-Max Rakotomamonjy en personne, cet assistant parlementaire travaillant pour le compte d’un député de Toliara voulait quitter le territoire malgache à bord d’un vol du Kenya Airways.

Mais une fois passé à l’enregistrement, son attitude suspecte a attiré l’attention des agents de contrôle. «Les informations présentées dans l’ordre de mission étaient incomplètes, cela nous a conduit à vérifier ses bagages» a informé le Commissaire divisionnaire de police, Lebiria Rufin Tolojara, Chef du service central de la Paf. A l’issue de la fouille, les éléments de la Paf ont découvert 126 tortues. Chacune d’elles était enveloppée dans du film alimentaire et cachée dans le double fond de deux valises appartenant à l’assistant parlementaire.

Faux papiers

D’après les premiers éléments de l’enquête, l’ordre de mission était un faux. L’individu a allégué qu’il allait assister à une réunion d’affaires au Vietnam alors qu’en vérité, il voulait y exporter illicitement des tortues.

Selon toujours les explications, au moins trois chefs d’accusation pèsent sur l’individu : trafic d’influence, faux et usage de faux, exportation illicite de richesses nationales. La police a ouvert une enquête pour mettre la main sur ses complices et le cerveau du trafic.

Ando Tsiresy.

Une réponse à "Trafic : 126 tortues saisies sur un assistant parlementaire"

  1. regola  13/01/2018 à 11:55

    Peut-on publié et connaître le nom du parlementaire en question ou du moins précisé si ce parlementaire est deToliara I ou Toliara II, car le citoyen veut savoir,
    D’ailleurs, il y a eu déjà un parlementaire mêlé par un traffic de drogue et de stupéfiants venant toujours de Toliara,
    On ne sait pas comment ceci s’ est soldé.
    On comprend mieux pourquoi ces parlementaires veulent obtenir des passeports diplomatiques pour échapper aux fouilles,
    Bref, cette nième macabre affaire de pillage des ressources corrobore avec certitude que les bandits et les voyous de la République sont au pouvoir. Ils sont source d’appauvrissement de ce pays.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique