Flash
Préc Suiv

Regime actuel : « bilan calamiteux » selon Jeune Afrique

Regime actuel  : « bilan calamiteux » selon Jeune Afrique

Le bilan de l’actuel Chef de l’Etat a été scruté de près par l’hebdomadaire Jeune Afrique, et il est loin d’être reluisant.

Désastreux. «A un an de la fin de mandat, le Président Hery Rajaonarimampianina n’a pas vraiment réussi à remettre son pays sur les rails, et son bilan, déjà maigre, risque même aujourd’hui d’être entaché par les scandales à répétition mettant en cause certains proches du pouvoir». C’est ce que l’hebdomadaire international « Jeune Afrique » a indiqué dans sa dernière édition à propos de Madagascar, plus précisément du bilan de l’actuel chef de l’Etat à la veille des élections.

Un bilan qui n’est pas très flatteur pour le Chef de l’Etat, en dépit des déclarations des pro-régime ces temps-ci.  Les grands indicateurs sociaux restent calamiteux.

Parmi les cinq pays les plus pauvres

Cette année encore, «Madagascar figure parmi les cinq pays les plus pauvres de la planète, tandis que ses campagnes subissent des fléaux d’un autre temps, comme la peste ou la lèpre», note l’hebdomadaire. Toujours selon Jeune Afrique, le Chef de l’Etat semble «Contesté par la société civile comme par un pouvoir judiciaire inquiet pour son indépendance, le Chef de l’Etat doit également composer avec une majorité parlementaire qui n’hésite pas à brandir régulièrement la menace d’une motion de censure ».

En effet, le pouvoir actuel ne dispose pas d’élus, et il a fallu considérer toutes les forces politiques à l’Assemblée nationale qui n’hésitent pas pour autant à brandir les menaces d’ une motion de censure à l’ encontre du gouvernement. Dernière en date, cinq élus affiliés au pouvoir dont Nicolas Randrianasolo, Mamy Armand Hanitriniaina, Kathy, Vololona Raherisoa et Abel Zafimahatratra ont estimé que le gouvernement devrait être remanié.

Le rédacteur de l’article sur Madagascar paru dans « Jeune Afrique » a aussi noté que «le choix de la priorité du régime a fait que le bilan reste maigre.» Trop occupée à asseoir sa position face à des rivaux parfois issus de son propre camp, le Président n’a jamais été en mesure de mettre en œuvre les grandes réformes nécessaires à la relance d’un pays tombé très bas ces dix dernières années.

Monts et merveilleuse

Lors de son discours de prestation de serment, en 2014, le Président a en effet promis monts et merveilles aux Malgaches, entre autres, le respect de l’Etat de droit, la restauration de l’autorité de l’Etat ou encore la lutte contre la corruption. Sauf que jusqu’ici, à cet effet, le bilan est tout autre.

Et ce alors que, «En attendant, le déblocage des fonds internationaux est soumis à une amélioration de la lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent». Du reste, si l’on en croit toujours l’hebdomadaire international, «Les investissements lourds réalisés par les Chinois ces dernières années ont néanmoins permis au pays de commencer à s’équiper des infrastructures dont il a cruellement besoin». En effet, ces derniers temps, la Chine figure parmi l’un des plus importants partenaires du pays, à l’instar de la plupart des pays africains.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.