Flash
Préc Suiv

Le bout du tunnel s’éloigne

Le bout du tunnel s’éloigne

A peine une semaine est passée pour le compte de 2018 qu’il faut déjà se rendre à l’évidence. Ce n’est pas demain la veille. Tout n’est qu’effet d’annonce et de parole en l’air. Une impression de déjà vu… toujours au gré du coup de destin pour Madagascar.

Alors qu’on est plein dedans en parlant d’année d’élections, aucune ligne claire et bien définie menant sans encombre les Malgaches vers les urnes ne se profile à l’horizon. Les nouvelles consultations à la petite semaine, entamées après celles menées durant l’année 2017 relatives aux lois électorales en l’occurrence la présidentielle, n’ont rien de prometteuses.  Et rebelote même si  tout a été dit, discuté, proposé, décortiqué et rapporté par rapport à l’élaboration des lois électorales. Modifier la constitution d’abord puis ce dilemme de l’exclusion des candidats face à l’inclusion martelée par tous sont des enjeux de taille qui poussent le régime à remuer ciel et terre à l’heure actuelle.

Et comme aucun ne veut pas lâcher du lest, franchement, rien ne garantit que cette fois-ci, tout le monde arrive à se mettre d’accord, à constater les différents points de divergence des parties prenantes dès le début du processus en 2017. A vrai dire, le temps joue maintenant en défaveur des politiques opposants et même de la société civile. Autant même dire que ces derniers entrent dans le jeu du régime et se laissent emmener sur le mauvais terrain. Comble de la situation, conscient que la démarche s’avère compliquer, l’Exécutif ne s’empresse pas et  joue carrément la montre pour tenter  de convaincre plus d’un à bafouer la Constitution. Sauf que pour l’heure, sa stratégie est vouée à l’échec.

Le risque d’une nouvelle impasse pré-électorale n’est pas à écarter d’autant que du côté de la présidence, le terme « dialogue pour un accord politique » prôné ces derniers temps par l’ancien président Marc Ravalomanana, sous la menace d’une arrestation en ce moment, n’a plus sa raison d’être.  Vraiment, il y a lieu à s’interroger sur la véritable motivation de ces nouvelles consultations.

Confirmer à chaque fois que la présidentielle aura bel et bien lieu cette année fait maintenant partie des toutes les litanies des saints. A force même de le répéter, les Malgaches ont tendance à penser le contraire.

JR.

Les commentaires sont fermées.