Flash
Préc Suiv

Traité de femmes malgaches en chine : des membres d’un réseau tombent

Traité de femmes malgaches en chine : des membres d’un réseau tombent

Un grand pas vient d’être franchi dans la lutte contre la traite de femmes malgaches en Chine après l’incarcération d’un couple malgache et l’arrestation d’une Malgache. Cette dernière est l’une des têtes pensantes d’un réseau opérant entre Madagascar et la Chine.

Quelques semaines après l’arrestation et la mise en détention préventive d’un employé de la compagnie nationale de transport aérien et de sa femme, une autre ressortissante malgache vient d’être arrêtée en Chine.

Dans le cadre de la coopération policière et l’entraide judiciaire entre la Chine et Madagascar, la suspecte a été rapatriée mercredi au pays, escortée par des policiers chinois. Elle fait actuellement l’objet d’une enquête serrée en vue de démanteler ce réseau criminel transnational.

Ces trois présumés membres de ce réseau ont été appréhendés à la lumière des plaintes déposées par les victimes et leurs proches et grâce aux investigations menées conjointement par des enquêteurs chinois et malgaches.

Une femme à 70 millions d’ariary

La traite de personnes est un business lucratif. Selon des sources concordantes, une femme est «vendue» à 70 millions d’ariary. «C’est une affaire juteuse et les membres du réseau feront tout pour que leur basse besogne se poursuive», a indiqué un haut fonctionnaire de police.

Afin de leurrer ses proies, le réseau qui ne recrute que des belles filles les fait miroiter un job chèrement payé en Chine. Sitôt arrivées dans l’Empire du Milieu, les candidates sont hébergées dans un local, coupées de tout contact avec leur famille. Leur passeport leur est retiré. Elles sont ensuite vendues et forcées d’épouser des Chinois handicapés, victimes de la guerre, et envoyées à la campagne.

Ce qui rend difficile la lutte contre cette forme de criminalité organisée. Les enquêteurs ont du mal à localiser les victimes. Déjà identifiées, quatre femmes malgaches sont actuellement prises en charge par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Mparany

2 réponses à "Traité de femmes malgaches en chine : des membres d’un réseau tombent"

  1. florentine andréa  14/01/2018 à 23:11

    bonjour!

  2. Webmaster Two  15/01/2018 à 07:30

    bjr

Les commentaires sont fermées.