Flash
Préc Suiv

Cacao : la production en décadence

Cacao : la production  en décadence

Les cultivateurs de cacao du Sambirano lance un appel de détresse. Selon eux, les effets du changement climatique se fait ressentir dans cette partie de l’île. L’augmentation de la température globale est palpable. L’irrégularité des précipitations affecte la production. Si le cacao a besoin d’un milieu humide pour pousser et se développer, les précipitations sont devenues de plus en plus rares et irrégulières, par contre quand il y en a, elles deviennent très violentes, comme lors du passage de cyclones.

Les insectes ravagent également les plantations dans la région, affirme un cultivateur. Ces insectes qui survivent aux pesticides naturels utilisés par les cultivateurs se nourrissent des fèves de cacao et pondent à l’intérieur de celles-ci.

Le cacao est l’un des produits d’exportation phares de la Grande île et a fait sa renommée jusqu’à maintenant. Classé parmi les meilleurs dans le monde, le cacao malgache est pourtant menacé. Actuellement, on estime à 8.000 tonnes la production annuelle de cacao pour la Grande île. Cette quantité risquerait de connaître une baisse conséquente dans les prochaines décennies. Aussi, cette production est jugée faible par rapport à celle du Ghana avec un million de tonnes par an ou de la Côte d’Ivoire, avec deux millions de tonnes par an.

Il semble également que la chute du cours de ce produit de rente sur le marché international pénalise les producteurs, petits producteurs et professionnels confondus. Si en 2013, le kilo du cacao se négociait autour des 3.000 ariary selon toujours les cultivateurs, il n’est plus que de 800 ariary actuellement.

Arh.

Les commentaires sont fermées.