Flash
Préc Suiv

Plaine d’Antananarivo : la production rizicole déjà compromise

Plaine d’Antananarivo : la production rizicole déjà compromise

La production rizicole dans la région Analamanga est de nouveau menacée après le passage du cyclone Ava. Des milliers d’hectares de rizière sont inondés.

Alors que la grande sécheresse au début de l’année 2107 a pratiquement compromis la production rizicole dans presque toutes les régions, les cultures sont de nouveau menacées par l’inondation en ce moment. La filière riz peine à se redresser et la situation devient urgente dans la région Analamanga. Déjà, les consommateurs confrontés depuis des mois à une hausse vertigineuse des prix, ne cachent pas leur inquiétude. Car malgré la hausse du volume d’importation du riz vers la fin de l’année 2017, le kilo du riz reste encore élevé et risque même de flamber  durant le premier semestre de l’année 2018.

La production de riz sur les plaines d’Antananarivo s’annonce d’ores et déjà compromise si les eaux ne se retirent pas à temps après le passage d’Ava. Dans la commune rurale d’Iarinarivo (district d’Ambohidratrimo), 90% des riz de première saison (Vary aloha) sont sous les eaux actuellement et des diguettes de protection menacent de rompre. Face à ce désastre, les habitants de la commune font appel aux autorités afin de réhabiliter les infrastructures hydro agricoles dont la plupart datent de l’époque coloniale.

La plaine d’Iarinarivo, d’une superficie de 1300 ha, est parmi les plus touchées par la montée des eaux. «1000 ha de rizières sont inondés actuellement. Les 300 ha  de rizière où on a cultivé du riz de deuxième saison ou vakiambiaty sont en hauteur et pourront être sauvés», a rassuré  le maire de la commune, Feno Raherimanantsoa.

Evaluation 

D’après les explications du ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Harison Randriarimanana, lors d’une descente sur les lieux mardi dernier, «Les trois rivières qui traversent Antananarivo, notamment Imamba, Sisaony et Ikopa, se déversent dans les rizières d’Iarinarivo. Les plaines d’Iarinarivo sont les plus touchées par le cyclone actuellement. Toutefois, les dégâts sont tout aussi importants dans les autres zones de production».

Des techniciens effectuent une évaluation des dégâts cycloniques sur la production rizicole et les infrastructures hydro-agricoles en ce moment. Ce, pour pouvoir se lancer dans la culture de contre-saison, car une baisse de la production rizicole, notamment dans la région Analamanga est déjà à craindre face à la montée des eaux.

En se référant au calendrier cultural, la culture du riz de première saison est déjà achevée à Antananarivo. Les agriculteurs passent actuellement au repiquage du riz de deuxième saison. «La situation devient urgente après le passage cyclone. Les agriculteurs tentent de sauver le peu qui reste dans les rizières en ce moment. Et il faut dire que nous sommes en quête de semences pour se lancer dans la culture de contre-saison afin d’optimiser la production rizicole de la prochaine campagne. Le redressement des infrastructures est aussi impératif», a annoncé Heriniaina Ranadisaoana, riziculteur à Iarinarivo.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.