Flash
Préc Suiv

Une coalition avec HVM : TIM, MFM , AVI … changement leur veste

Une coalition avec HVM :  TIM, MFM , AVI … changement leur veste

Récemment, un document faisant état de l’existence d’un accord entre l’ancien président de la République Marc Ravalomanana et l’actuel locataire d’Iavoloha Hery Rajaonarimampianina a circulé sur les réseaux sociaux. Le document, signé en 2014, met en exergue la collaboration entre les deux personnalités, à travers la reconnaissance de l’un envers l’autre, ainsi que le retour du fondateur du parti Tiako i Madagasikara (Tim) au pays. Toutefois, même si l’existence de cet accord n’a jamais été rendu public, l’évolution du contexte, ces derniers jours, laisse entrevoir que visiblement ce «marché» n’est jamais resté lettre morte.

L’art de retourner la veste

Et pour cause, il semble que le Chef de l’Etat aurait «restructuré» son équipe de conseillers politiques et qu’une nouvelle plateforme vient de voir le jour. Cette dernière serait, selon une source avisée, composée des ténors du parti MFM, du Tim, de l’Avi et d’une branche de l’Arema.

L’objectif de cette coalition serait de mener la stratégie du Chef de l’Etat pour réussir sa propre succession. A ce titre, il paraît aussi que le numéro un du MFM,  Manandafy Rakotonirina, est devenu le doyen de ses conseillers spéciaux.

Il faut reconnaître que ces formations politiques ne font plus le poids sur l’échiquier politique. Le MFM n’a plus participé à des consultations populaires depuis belle lurette et ce parti est actuellement morcelé. Il en est de même pour l’Arema de Didier Ratsiraka. En dépit du retour d’exil de son fondateur, durant la Transition, cette formation n’est plus ce qu’elle était. Ces deux formations ne disposent plus d’élus, que ce soit auprès du Parlement ou dans les communes. Quant au parti Tim,  la déception de la population de «la Ville des Mille» dans la gestion de la capitale a eu raison des ténors de cette formation.

Le HVM aux abonnés absents

Toujours est-il qu’il est étonnant également de constater l’absence du patron du HVM, qui n’est autre que le président du Sénat, Rivo Rakotovao, oublié de cette structure. Des observateurs assurent d’ailleurs que, sur ce point, le président de la République n’a pas véritablement confiance à son propre parti pour sa réélection.

Pour illustrer ce manque de confiance, le locataire d’Iavaloha a préféré  «phagocyter» le parti MTS de Roland Ratsiraka, notamment son bras droit au poste de ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels de l’aménagement des territoires et de l’infrastructure (M2PAT), en la personne de Benja-mina Ramanantsoa.

Pour en revenir à l’accord qui aurait été signé entre le président Hery Rajaonarimpianina et l’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana, il aurait été supervisé par le médiateur en chef durant la crise de 2009 à 2013, Joaquim Chissano. Le document rapporte certains points à respecter par les deux personnalités, notamment la réouverture de Tiko, l’amnistie aux anciens dirigeants, le soutien des élus du Tim à la majorité présidentielle, la reconnaissance de l’actuel Chef de l’Etat par son prédécesseur ou encore son retour d’exil à Faravohitra.

Rakoto

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique