Flash
Préc Suiv

Élémentaires

Élémentaires

Alors que les autres nations sont en train de discuter de la marche du monde, c’est affligeant de constater que les Malgaches  sont encore en train de combler ses besoins élémentaires. Après la peste, en effet, la population est confrontée aujourd’hui à la hausse du prix des produits de première nécessité. Sans oublier les délestages dont la fin du calvaire n’est pas encore pour demain, loin de là.

Sur ce point, une réunion à la Primature s’est tenue jusqu’en début de soirée hier, pour examiner le prix du riz. Il n’y a qu’à Madagascar que cela arrive. Malheureusement, le riz qui est le premier produit de consommation dans le pays, risque de devenir un produit de luxe dans les jours à venir. Ce qui serait dommage.

En fait, chaque année, le pays traverse ce genre de période, sauf que le gouvernement n’arrive toujours à maîtriser l’inflation dans ce domaine. Adeptes de l’évitement, en effet, les autorités étatiques préfèrent renvoyer la responsabilité aux importateurs  alors qu’il appartient à l’Etat de réguler cette situation. Par exemple, à travers la construction d’infrastructures adéquates aux principaux greniers à riz du pays, notamment dans les régions Alaotra Mangoro, Atsinanana ou encore Sofia.

Triste réalité en tout cas, car plus d’un demi-siècle après l’indépendance, Madagascar n’arrive toujours pas à subvenir à ses besoins et est encore obligé d’importer du riz pour se nourrir correctement. La croyance populaire assure pourtant que nous sommes un pays agricole et que la majorité de la population sont des « tantsaha ». Ce qui n’empêche pas le prix de ce produit de continuer de grimper. Voilà un fait qui risque d’envenimer encore une situation déjà délétère où le pouvoir n’arrive plus à maîtriser quoi que ce soit.

En effet, il faut souligner que, dans un contexte où la population se prépare à fêter dignement Noël et la fin d’année, la hausse du prix du carburant aura aussi, à coup sûr, un impact sur le quotidien. Pendant ce temps, la troupe présidentielle se prépare aux élections en espérant ravir le trône par les urnes, ignorant le quotidien de leurs semblables. Encore une fois, une triste réalité à Madagascar.

Rakoto

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique