Flash
Préc Suiv

Jouer avec les maux

Jouer avec les maux

«Rassurez-vous, il y aura une élection en 2018», a annoncé d’une manière péremptoire le président de la République, lors d’une série d’inaugurations, au cours  de ses périples ces derniers temps. Et  d’ajouter, «ce sera une élection crédible destinée à renforcer la stabilité politique et à instaurer un climat d’apaisement au pays». La messe est ainsi dite, 2018 sera  une année d’élections…d’ailleurs nul besoin de promettre car le processus électoral, déjà en cours qui mènera à la fin du mandat de Hery Rajaonarimampianina, est dicté par la Constitution. En un mot, la présidentielle devrait avoir lieu en 2018. Il reste juste à déterminer les dates.

Sauf qu’à travers cette déclaration solennelle, tout n’a pas été dit.  Hery Rajaonarimampianina n’a pas exprimé le fond de sa pensée. Le régime HVM  tourne autour du pot et joue avec l’opinion publique.  De quelle élection s’agit-il réellement ? Cet effet d’annonce ambigu plonge davantage le pays dans une situation de plus en plus énigmatique. Si la logique sera respectée, la réponse claire  et nette à cette question simple est la présidentielle.

Mais au niveau du régime, il se donne le droit d’avoir plusieurs options possibles. Et visiblement, préparer l’élection présidentielle à l’heure où le succès de la stratégie de fin de mandat n’est pas  évident, ne suscite pas son enthousiasme. C’est pourquoi,  l’idée d’organiser un référendum prime avant tout pour le pouvoir même si ce n’est pas encore gagné par rapport à l’attente des politiques, la société civile, l’opinion publique, sans oublier la communauté internationale.

Qu’est-ce qui va se passer si prochainement, le chef de l’Etat va compléter sa déclaration ? «Rassurez-vous, il y aura une élection en 2018», et il s’agit d’un référendum…pour garantir la stabilité politique.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.