Flash
Préc Suiv

Film documentaire : Njaka kely prend le large

Film documentaire : Njaka kely prend le large

Bonne nouvelle pour le 7e art malgache. Njaka kely, le moyen-métrage de Michaël Andrianaly sélectionné, concourra au festival panafricain de films documentaires de Yaoundé (Images en live), du 12 au 18 décembre prochain.

Sorti en 2015, Njaka kely nous plonge dans le poumon économique de Madagascar, à savoir Toamasina. Le film documentaire détourne le regard vers une autre réalité et montre éventuellement ce qui se cache derrière du visible.

L’histoire se focalise sur Saholy, gérante d’une petite entreprise de cyclo-pousse, qui s’occupe de ses conducteurs comme de ses fils et leur permet de trouver chez elle un foyer. Tourmenté par un passé difficile, Njaka cherche sa place au sein de cette grande famille. Agé de 17 ans, il sait qu’il doit décider de son avenir, mais se laisse encore facilement tenter par la fumette et par les filles.

Genèse du film

« J’ai élu domicile à Toamasina, la capitale économique du pays. Mais il est loin le temps où la propreté règne au bord de la mer et où les touristes de toute part se retrouvent dans la ville. La plage est quasiment bondée du monde chaque fin de semaine. Mais la capitale de Betsimisaraka a changé du jour au lendemain. La crise économique est en croissance exponentielle. La hausse du chômage entretient un climat d’insécurité. Les jeunes tombent dans la délinquance ou la prostitution », se remémore le cinéaste en parlant de la genèse du film.

Précédant « Images en live » qui va animer la capitale politique du Cameroun au mois de décembre, Njaka Kely a déjà reçu une pluie de sélections lors des grands festivals du film documentaire l’année dernière. Parmi eux, le Ciné rencontres de Toamasina, le festival international du cinéma et de l’audiovisuel du Burundi, le festival du film insulaire de Groix, les États généraux du film documentaire de Lussas, le Moké Film Festival de Pointe‐Noire, Congo, les Lumières d’Afrique de Besançon et le Festival Corsica.doc.

Joachin Michaël

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique