Flash
Préc Suiv

Par acquit de conscience

Par acquit de conscience

Le président de la Ceni a dit le fond de sa pensée.  Les préparatifs des élections avancent à grands pas. Les partenaires techniques et financiers ne cessent de manifester et d’apporter leur soutien. A ce sujet, la France a contribué récemment 300 000 euros au cycle électoral. Et pour le moment, la Commission n’a pas été notifiée sur la tenue d’un quelconque référendum tant manigancé par le régime. Pour dire que les actions déjà entreprises jusqu’à l’heure sont destinées à donner corps aux élections présidentielles crédibles selon le principe de l’alternance démocratique.

En un mot, malgré  les lourdes responsabilités qui incombent à la Ceni avant, pendant et après les élections présidentielles, à entendre les dires de Hery Rakotomanana, toute l’équipe devra être fin prête au moment voulu. Mais quand exactement ? Les échéances électorales sont maintenant sujettes à caution et encore…

Seul  l’Etat, qui ne fait que tourner autour du pot, peut apporter la réponse. La balle est dans son camp. Car si cela ne tenait qu’à la Ceni, au moins sur l’avancée des préparatifs, elle aurait déjà pris date pour le compte de l’année 2018. La situation est tout autre…sous la mainmise du régime. L’Exécutif n’a pas l’intention de fixer une date précise.

Dans l’attente permanente et ayant l’impression de naviguer à l’aveugle, Hery Rakotomanana crève l’abcès et demande des comptes à l’Etat. Qui n’avance pas recule, et à force de faire la sourde oreille, l’Exécutif perd davantage de sa crédibilité, quitte à se demander si le blocage en matière de processus électoral vient du régime.

Fixer bien à l’avance les dates des scrutins est un facteur clé pour le bon déroulement du processus au niveau de la Ceni. Pour elle, cela permet de peaufiner et de mieux coordonner les préparatifs. Sauf que pour l’instant, l’Etat ne fait pas preuve d’initiative.  Pour les sceptiques qui ne croient plus en ce régime, même l’année 2018 annoncée risque fort d’être renvoyée aux calendes grecques.

JR.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique