Flash
Préc Suiv

La peste à Madagascar (1931) : la peste à Madagascar (3)

(Suite et fin.)

Dans les débuts, lorsque l’Administration les obligeait ou les invitait à se faire vacciner contre la peste, ils se rendaient en foule à la vaccination. Mais actuellement qu’ils ont constaté que la vaccination antipesteuse n’est exigée que des indigènes seulement et encore de ceux qui ne sont point naturalisés, les Européens, les Arabes, les Hindous, les Chinois en sont exempts, que sur cent cas de mortalité par la peste, il y a rarement un cas atteignant les étrangers, dans leur simplicité, ils se disent : qu’est-ce que c’est que cette vaccination ? Nous préserve-t-elle de la peste ou nous donne-t-elle la peste ? Nous, qui sommes vaccinés, nous sommes seuls atteints tandis que les étrangers qui ne sont jamais vaccinés n’en sont jamais atteints.

Grâce à ces prescriptions maladroites inaugurées à Madagascar et appliquées uniquement aux indigènes non naturalisés, la méfiance règne actuellement au sein de la population malgache. Doux mais désabusés, ils regardent tout avec méfiance.

Lorsque l’épidémie de grippe s’est déclarée à Madagascar en 1919, tout le monde fut atteint, Européens, Hindous, Chinois, Arabes et Malgaches ; la grippe n’a pas choisi spécialement une race de préférence à une autre. Voilà une véritable épidémie. Les mesures sanitaires furent appliquées à tout le monde sans exception et bien vite la grippe a disparu totalement.

Actuellement, la peste persiste depuis dix ans. Que chacun tâche d’en découvrir les motifs.

Devant le piteux résultat obtenu pour vaincre la peste, en présence de la méfiance croissante des indigènes, pour l’honneur de la science médicale française et le bon renom de la France, nous invitons l’Administration de Madagascar :

1° Si la peste n’existe pas, à supprimer toutes les mesures sanitaires qui ne revêtant la plupart du temps que la forme de brimades et de vexations à l’égard des indigènes.

2° Si la peste existe réellement, à appliquer à tout le monde, sans exception, les mesures sanitaires et prophylactiques : Européens, Chinois, Hindous, Arabes, Malgaches naturalisés ou non, et non point aux indigènes non naturalisés seulement.

Auguste.

L’Aurore malgache

Vendredi 18 septembre 1931.

www.bibliothequemalgache.com

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique