Flash
Préc Suiv

Affaire Omavet : le Ftar dénonce le favoritisme de la CUA envers l’UCTU

Affaire Omavet : le Ftar dénonce le favoritisme  de la CUA envers l’UCTU

Les taximen lancent une nouvelle menace de grève suite à l’attitude de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) qui a accepté à la lettre toutes les conditions imposées par l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU) concernant l’affaire Omavet.

Traitement non égalitaire. D’après les taximen, l’agissement de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA),  se pliant  aux exigences des transporteurs de Taxi-Be réunis au sein de l’UCTU face à l’affaire Omavet, est considéré comme un affront à l’association Ftar. Pas plus tard qu’avant-hier, les adeptes de l’UCTU ont déclaré avoir trouvé un consensus avec le CUA sur les manières d’appliquer les réformes du transport en commun, qui devrait se faire sans l’intervention de l’Omavet.

«Autrement-dit, l’UCTU n’adhère pas non plus à l’Omavet, une décision qui a reçu entière considération de la part de la CUA, contrairement  aux revendications des taximen d’annuler la décision y afférente qui n’ont pas eu gain de cause», a fait valoir la présidente du Ftar, Clémence Raharinirina, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Antohomadinika. Cette dernière a réitéré la position des taximen qui, contre vents et marées, ne comptent pas céder à l’idée de la municipalité de confier les «contre-visites» des taxis à l’Omavet, tout comme l’usage de la nouvelle lanterne munie d’insertion publicitaire.

Une forte mobilisation se prépare

«Si les Taxi-Be ne manifestent pas leur désaccord sur le fait d’insérer des publicités sur les carrosseries de leur véhicule, c’est qu’ils en tirent profit via les parts de la recette versée par la commune aux coopératives», s’est insurgé le numéro un du Ftar. Celle-ci s’élève à hauteur de 200.000 ariary par mois, contre 200 ariary par mois pour les taxis qui portent les lanternes à publicité, selon des sources concordantes.

«En plus d’enfreindre la  loi en vigueur qui interdit toute forme de publicité dans les transports en commun, l’approbation de l’UCTU à cette initiative de la municipalité ne fait que briser la solidarité entre les transporteurs», a-t-elle ajouté.

Les taximen ne comptent évidemment pas en rester là. En attendant les résultats des requêtes qu’ils ont déposées auprès du ministère des Transports, la présidente du Ftar va réunir les responsables des stationnements de taxi dans la capitale ce samedi en vue de décider des suites à donner  à leur manifestation visant à contrer l’Omavet et la nouvelle lanterne.

 «En l’absence d’une suite favorable face à leurs revendications, les taximen prévoient une manifestation de grande ampleur», a averti notre source.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.