Flash
Préc Suiv

Tsimbazaza : une motion de censure en gestation

Tsimbazaza  : une motion de censure en gestation

Une motion de censure serait de nouveau en gestation au niveau de l’Assemblée nationale. Joints au téléphone, des élus affirment ne pas être au courant de l’existence d’un tel projet, à l’exception de Jean-Nicolas Randrianasolo, un élu de Betroka.

Ces temps-ci, des rumeurs circulent encore dans les travées de l’Assemblée nationale : une collecte de signatures pour une motion de censure du gouvernement serait en cours. Hier, dans la soirée, aucun élu n’a pourtant confirmé cette information. «Au sein du parti Tim, nous n’avons jamais entendu parler d’une telle initiative. Si c’est le cas, cela ne vient pas de nous mais d’autres groupements politiques», a réagi maître Hanitra Razafimanantsoa. Pareil pour les députés Naivo Raholdina et Vololona Raherisoa, respectivement du Ve et du VIe arrondissement. Ils ont déclaré n’avoir aucune information à ce propos.

L’élu de Betroka Jean-Nicolas Randrianasolo affirme pour sa part que ce projet existe réellement et qu’il en est l’initiateur. « C’est une réalité et depuis cet après-midi, nous en sommes déjà à trente cinq signatures », a-t-il déclaré, hier en début de soirée, lors d’une conversation téléphonique. Il estime en effet que le Premier ministre a failli à ses responsabilités. Et pour cause, le locataire de Mahazoarivo aurait défendu et plaidé en faveur de ministres qui n’ont pas appuyé l’accession au pouvoir de l’actuel Chef de l’Etat.

Des députés réclament une enquête

Et comme d’habitude, durant la session des parlements, les marchandages reprennent de plus belle.

Selon certains élus, des députés au sein du parti présidentiel (HVM) auraient déjà obtenu leur véhicule tout terrain avec l’appui du pouvoir. Cette affaire avait été révélée par le député Tody Arnaud, lors de la réunion de mercredi dernier. «Effectivement, il a évoqué ce cas. Il a même estimé qu’il faudrait mettre en place une enquête parlementaire  pour statuer sur ce sujet», a confirmé l’élu du Ve arrondissement Naivo Raholdina, hier.

L’acquisition de véhicules tout terrain est un sujet de discussion permanent depuis le début de mandat des parlementaires et, dernièrement, le régime aurait décidé de faciliter leur achat. «Les députés en ont besoin pour accomplir leur travail, car ils sont tenus de présenter un rapport de leurs activités dans leur circonscription respective. Ils en ont également besoin pour aider leurs électeurs, car ces 4×4 peuvent servir d’ambulance en cas d’évacuation sanitaire», indiquent les parlementaires à chaque fois que le sujet est abordé.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.