Flash
Préc Suiv

Rip…este

Rip…este

Des cas suspects par-ci, des décès confirmés par-là. Au fur et à mesure de la riposte et de la prise de  conscience du régime, l’épidémie de la peste fait parler d’elle au quotidien et sème la mort sur son passage au bout de quelques heures seulement.

S’informer sur le dernier bilan du jour est devenu presque une nécessité pour bon nombre de Malgaches. Une dizaine au début, puis une vingtaine, maintenant une cinquantaine de victimes, les chiffres ne cessent d’augmenter. Jusqu’à l’heure, la situation n’est pas rassurante, pis encore, elle empeste et crée considérablement des tensions, non seulement économiques, mais également sociales.

En se résignant certes face à la mort, certaines familles réfutent catégoriquement la peste comme cause de décès de leurs proches et réclament à cor et à cri les corps en vue d’organiser des funérailles dignes selon les us et coutumes malgaches. D’autres n’hésitent pas à déterrer les dépouilles de leur proche malgré le maximum de risque de contamination. Les forces de l’ordre sont appelées à la rescousse.

La peste est en train de paralyser la capitale et commence à secouer fortement l’ensemble du pays. L’épidémie est de grade 2, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour dire que le risque de propagation est très élevé d’autant que la saison des pluies et des fruits pointe le bout de son nez.

Jusqu’à nouvel ordre, tout rassemblement de masse est interdit. Les concerts et spectacles, sans parler des manifestations sportives font l’objet d’une annulation en cascade. Le tourisme commence à en pâtir. Le régime tente de rassurer l’opinion publique et l’instance internationale, sans arriver pour l’instant à renverser la vapeur. Cela fait déjà deux semaines que les élèves sont en vacances de peste. Et face à l’ampleur de l’épidémie et ce, sans attendre l’avis du ministère de l’Education, en vertu du principe de précaution, bon nombre de parents ont décidé de ne pas envoyer à l’école la semaine prochaine leurs enfants.

JR.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique