Flash
Préc Suiv

Peste – Fosse commune : les familles des défunts s’insurgent contre le BMH

Peste – Fosse commune : les familles des défunts s’insurgent contre le BMH

L’apparition de cas de peste chez les sujets hospitalisés pour d’autre maladie dans les établissements de soins devient de plus en plus fréquente. Cela crée des litiges entre le personnel de santé et les familles des victimes, surtout en cas de décès.

La situation inquiète plus d’un. Des malades qui fréquentent les centres hospitaliers où des pesteux sont soignés sont testés positifs au Test de diagnostic rapide (TDR) alors qu’ils y étaient admis pour d’autre maladie. Pas plus tard qu’ avant-hier, au Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB), deux patients victimes respectivement de maladie cardiovasculaire et de paludisme ont succombé après avoir suivi des soins, mais également été testés positifs à la peste pulmonaire.

Le test sur un autre décès, survenu hier dans ce même hôpital, a également  été positif.  Des cas qui n’ont pas manqué de créer la confusion chez les familles des victimes, qui deviennent de plus en plus réticentes lorsqu’on leur annonce la mauvaise nouvelle, en réagissant violemment, comme c’était le cas hier à Anosibe.

Face à une telle situation, les responsables essaient de tempérer l’angoisse de la population, notamment les usagers, qui craignent qu’il y ait des risques de contamination dans les hôpitaux. A ce propos, le directeur adjoint technique du CHU-JRB, le Pr. Luc Rakotovao, a souligné dans une interview qu’ « aucun risque en milieu hospitalier n’est possible dans cet établissement dans la mesure où des consignes de prise en charge spécifiques y sont respectées. Les malades, qui doivent porter des masques à l’entrée de l’hôpital, passent d’abord par le pré-triage pour savoir s’ils présentent les signes cliniques de peste. Dans ce cas, les concernés sont tout de suite admis au Centre d’isolement pour leur traitement pour éviter tout risque de propagation de l’épidémie ».

Les visites réglementées

Dans le même but de protéger l’ensemble des patients et de limiter la propagation de l’épidémie, le CHU-JRB a pris des dispositions visant à limiter le contact de tous les malades avec le monde extérieur. « Ainsi, les visites des patients, quel que soit leur service d’admission seront désormais interdites, et ce depuis hier », a fait savoir notre source.

Avant de continuer que « seuls  un  garde malade et une personne chargée de les ravitailler en nourriture peuvent avoir accès dans les salles de soins, jusqu’à nouvel ordre ». Sachant que les personnes qui ne se portent pas bien, à plus forte raison les malades, attrapent facilement la bactérie de peste en raison de la diminution de leur défense immunitaire. Le Pr. Luc Rakotovao a souligné qu’il s’avère nécessaire d’aménager une infrastructure à part pour prendre en charge les pesteux. Une telle proposition a déjà été soumise aux responsables compétents.

Fahranarison

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique