Flash
Préc Suiv

Etat Du Capital Naturel Africain : un forum sur la Déclaration de Gaborone

Le Forum de la Conférence ministérielle sur la Déclaration de Gaborone pour la durabilité en Afrique (GDSA) se tient à Maun, au Botswana, depuis hier et jusqu’au 13 octobre. Les préparatifs à cette rencontre africaine ont commencé lundi dernier et Madagascar qui a pris l’initiative de signer cette Déclaration.

La Déclaration de Gaborone – une plateforme d’Etats qui agit pour le développement durable en Afrique – met en relief le capital naturel comme base de développement durable dans les pays membres (Botswana, Gabon, Ghana, Kenya, Libéria, Madagascar, Mozambique, Namibie, Rwanda, Afrique du Sud,  Tanzanie, Ouganda).

Le forum, qui marque également les cinq ans de la GDSA, verra la concertation des ministres de ces pays sur les progrès réalisés depuis sa création en 2012. Cette réunion trouve son importance sur le leadership africain dans la mise en œuvre des différents sommets internationaux sur le développement durable. Conservation Internationale (CI) et la République de Botswana ont organisé le premier sommet des présidents africains ayant abouti à cette Déclaration de Gaborone.

Le dernier rapport de la GDSA fait état des conséquences du changement climatique. Outre la déforestation, la dégradation des pâturages, la surpêche, le braconnage et le trafic d’espèces icones africaines comme les rhinocéros et les éléphants, 75 à 250 millions d’ Africains connaîtront d’ici 2020 «un stress hydrique accru», les rendements agricoles pluviaux diminueront de 50  %, engendrant une pauvreté généralisée.

Arh.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique