Flash
Préc Suiv

Peste pulmonaire dans la capitale: six cas suspects traités à Ambohimiandra

Peste pulmonaire dans la capitale: six cas suspects traités à Ambohimiandra

Sans pour autant vouloir créer la panique, la peste pulmonaire aurait existé dans quelques quartiers de la capitale. Une dizaine de cas suspects ont été notifiés jusqu’ici, dont six sont encore en cours de traitements à l’hôpital d’Ambohimiandra.

Mieux vaut tard que jamais ! La capitale ne se mobilise que maintenant après la mort suspecte, due à la peste pulmonaire, d’une patiente ayant été soignée au sein d’un hôpital dans la ville, qui aurait contracté la maladie à Toamasina. Une série de campagnes de désinfection et d’aspersion d’insecticide dans différents quartiers de la capitale sont actuellement au programme pour essayer de maîtriser la propagation de la maladie, qui a déjà gagné une certaine ampleur.

Il aura fallu la détection d’une dizaine de cas suspects, qui ont été positifs au Test de diagnostic rapide (TDR) pour que les responsables agissent. Des volontaires de la Croix-Rouge malgache (CRM) sont mobilisés pour sensibiliser la population dans certains quartiers, entre autres à Soavimasoandro, Ambodihady, Ambodivona, Ampasapito, Andraisoro ou encore Ambohipo…

« Cette campagne se poursuit, ce jour, dans les quartiers d’Andavamamba, Anosibe, Antohomadinika et leurs environs », a informé le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo, mercredi.

Une tente installée à Ambohimiandra

Sur ces dix cas suspects dans la ville des Mille, six suivent encore des traitements à l’hôpital d’Ambohimiandra, si les autres sont déjà guéris, selon une source informée, ayant requis l’anonymat.

« Parmi lesquels, de nouveaux cas, dont celui suspecté à Manjakaray avant-hier, et un autre détecté dans les zones concernées par la campagne de désinfection, qui  viennent d’être admis au sein de ce centre de prise en charge des pesteux », a-t-on précisé. En vue de prévenir une éventuelle hausse du nombre de patients, le ministère de la Santé, en partenariat avec le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNRGC) et le service mobile d’investigation, a installé sur les lieux une tente, prête à

l’utilisation si besoin est. Sachant que la capacité d’accueil de cet établissement est limitée.

En se référant aux statistiques actuelles, le nombre de cas de peste, pulmonaire et bubonique confondus, connait déjà un pic alors que la saison pesteuse commence à peine. Le directeur de la Promotion de la Santé (DPS), le Dr Manitra Rakotoarivony de faire savoir qu’une soixantaine de cas suspects de peste ont été notifiés depuis le début de la saison en début de ce mois, dont 50 cas traités et guéris et 10 décès. Sur ces décès, cinq sont des cas sporadiques, survenus très tôt en dehors de la saison pesteuse actuelle.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.