Flash
Préc Suiv

Manifestation des taxis: le FTAR convoqué à la préfecture de police

Manifestation des taxis: le FTAR convoqué à la préfecture de police

Le bras de fer entre l’Association des taximen d’Antananarivo (FTAR) et la Commune urbaine d’Antananarivo, à propos d’Omavet persiste. De son coté, la préfecture de police sort de son silence et convoque le FTAR ce lundi à Tsimbazaza. Apparemment, la grève d’une journée tenue dernièrement n’a pas respecté les procédures convenues.

«A l’ordre du jour, une demande d’explication sur leur manifestation de mardi dernier. J’ai adressé une interpellation à leur encontre», a fait savoir le préfet de police, Angelo Ravelonarivo joint au téléphone hier.

Ce dernier de poursuivre qu’en autorisant cette manifestation, il n’a pas fait  deux poids deux mesures.  «Pour la simple raison que la deuxième demande que les taximen ont émise, concerne seulement une requête de circuler ensemble dans la rue comme tous les autres véhicules, sans troubler la circulation et sans aucun meeting. La première demande que j’ai refusée avait pour objectif de faire une manifestation sur la voie publique avec un meeting devant l’Hôtel de ville», a-t-il expliqué.

Pour se défendre contre l’embouteillage monstre créé par cette manifestation et

qui a entraîné une vague de contestations de la part des usagers de la route, le préfet de police a fait savoir qu’il «s’agit tout simplement de bouchon auquel il n’a aucun pouvoir pour l’empêcher et qui est malheureusement devenu le quotidien de la population».

Le général Angelo Ravelonarivo a tout de même prévenu le FTAR qu’en cas de meeting non autorisé engendrant  de troubles sur la voie publique, la préfecture de police n’envisage pas à l’avenir d’autoriser les éventuelles manifestations de ladite association.

Hier à Antohomadinika, par le biais d’une conférence de presse, le FTAR a de nouveau campé sur sa position et n’entamera de discussion avec la CUA tant que l’ombre d’Omavet plane sur la capitale.

Nadia

Les commentaires sont fermées.