Flash
Préc Suiv

CUA – UCTU : le torchon brûle

CUA – UCTU :  le torchon brûle

En octroyant à l’Omnium de maintenance des véhicules de transport, la gestion du centre de contre-visite,  la CUA ne compte pas faire machine arrière tandis l’UCTU, les taxis-ville et les transporteurs de marchandises vont engager la vitesse supérieure en maintenant, à leur tour, un mouvement de grève ce mardi.

Le torchon brûle désormais entre la municipalité d’Antananarivo et les transporteurs urbains de la capitale. Ces derniers ont effectivement confirmé, hier, à travers un point de presse au bureau de l’UCTU à Ambodivona, de passer à la vitesse supérieure en observant une grève générale ce mardi. Cela, en réponse à la CUA qui campe sur ses positions concernant sa décision de confier à l’Omnium de maintenance des véhicules de transport  (Omavet), la gestion du centre de contre-visite.

«A ce titre, un préavis de grève a été déjà déposé par ces trois entités au niveau de la Préfecture pour une manifestation dans le calme», a indiqué la présidente de l’association des taxis d’Antananarivo (FTAR), Clémence Raharinirina.

Pour les transporteurs, cette décision de la CUA n’est qu’un moyen utilisé pour leur subtiliser encore de l’argent et de mettre sur la touche la majorité d’entre eux. «Les normes établies et exigées par la CUA et l’Omavet seraient difficile à atteindre. Au moins 70% d’entre nous seront éliminés face à la situation économique dans laquelle nous vivons actuellement», a souligné la présidente du FTAR.

Elle a ajouté que selon

la CUA, l’argent récolté auprès de l’Omavet servira à la réparation des rues de la capitale. «Or, le coût nécessaire à ces entretiens tend toujours à la hausse chaque année. Une situation que les transporteurs ne pourront jamais supporter», déplore-t-elle

Sera R

Les commentaires sont fermées.