Flash
Préc Suiv

Kidnapping d’Annie et d’Arnaud : 75 suspects dont deux policiers sur le banc des accusés

Tant attendu, le procès sur l’affaire de kidnapping d’Annie et d’Arnaud se tiendra finalement. Dans quelques jours, 75 suspects comparaîtront devant la Cour criminelle ordinaire d’Antananarivo.

Près de deux ans après les faits, l’audience aura finalement lieu. L’on sait que le procès se tiendra durant la prochaine session de la Cour criminelle qui débutera incessamment.

Sauf imprévu, 75 suspects dont deux policiers (un brigadier-chef de police et un inspecteur de police), des opérateurs économiques, ainsi que trois agents pénitentiaires devront répondre d’association de malfaiteurs, enlèvement, séquestration, détention illégale d’armes, meurtre, évasion, complicité de kidnapping et complicité d’évasion.

Parmi les prévenus figure également la tristement célèbre Stéphanie Roger Lala. Elle est suspectée d’être l’une des têtes pensantes de l’enlèvement. Certains des suspects n’ont pas été auditionnés durant l’enquête préliminaire sachant qu’ils sont toujours en cavale.

Les faits

Tout a commencé dans la matinée du 23 novembre 2015. Vers 7 h, alors qu’ils étaient sur le chemin de l’école, Andréa Annie K.R (14 ans) et Jean Arnaud R. (17 ans) ont été enlevés par des individus armés et encagoulés à l’entrée du pont Verrerie, Toamasina. Les bandits ont barré la chaussée avec leur camionnette, une Peugeot 404, empêchant ainsi la Mitsubishi Sportero à bord de laquelle se trouvaient les deux enfants de passer. Sans crier gare, les malfaiteurs sont passés à l’action.

Le lendemain du kidnapping, les ravisseurs se sont manifestés et ont réclamé 4 millions d’euros en échange de la libération des deux otages. Les investigations menées par les forces de l’ordre ont permis de mettre la main sur 27 suspects dans un premier temps et de retrouver la Mitsubishi, à l’intérieur d’une propriété sise à Andranomadio. Malgré le paiement d’une partie de la rançon, les kidnappeurs n’ont pas libéré les deux enfants.

Pire encore, ils ont assassiné la petite Annie. Le corps sans vie de la fillette a été retrouvé le 20 décembre 2015. Après 50 jours de séquestration, le 11 janvier 2016, Arnaud a été libéré après une intervention de la police. Une grenade offensive, des armes à feu et des munitions ont été découvertes à l’intérieur de la maison où il a été séquestré.

L’enquête, la collecte de renseignements, la géolocalisation des appels et une série de réquisitions téléphoniques ont permis d’élucider l’affaire, toujours est-il que d’autres suspects, bénéficiant d’une certaine protection, courent toujours sans être inquiétés.

Mparany

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique