Flash
Préc Suiv

Circulez ! Il n’y a rien à voir

A force de crier au loup…On a beau interpeller les différentes institutions étatiques sur le danger que peuvent provoquer la passivité et l’indifférence sur les priorités inscrites dans leur programme. Et il faut tout d’abord reconnaître que les ressources humaines peuvent être à la fois source de succès et de désagréments. On doit ainsi les traiter comme il se doit car force est de remarquer que ce sont en quelque sorte des travailleurs de l’ombre qui ont largement contribué à l’accomplissement des projets de bon nombre de sportifs.

Après tout, ce sont des employés comme les autres qui ne demandent que leurs efforts soient reconnus à leur juste valeur. Malheureusement, bon nombre de dirigeants sportifs (malconseillés ou pas) ont tendance à négliger l’importance de cet « élément » et préfère étouffer les bruits de couloir sur de tels « sujets sensibles » au lieu de faire la lumière et dans la foulée, trouver un terrain d’entente avec l’autre camp.

« Circulez ! Il n’y a rien à voir ». Une expression devenue trop courante que plus d’un ont l’habitude de balancer quand ils veulent esquiver les questions des journalistes (pas tous) à propos d’un dossier chaud ou d’une situation dérangeante. En plus, certains de ces responsables ont l’audace de réunir ces mêmes membres de la presse quand la situation évolue…en leur faveur.

Pour revenir au cas du palais des Sports de Mahamasina, les parties concernées devront impérativement trouver des solutions palpables dans les plus brefs délais vu que l’infrastructure s’apprête à héberger plusieurs rencontres sportives, nationales et internationales, si l’on ne cite que la coupe des clubs champions de l’océan Indien de basketball (CCCOI) à partir de vendredi prochain. Le compte à rebours est lancé.

Rojo N.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique