Flash
Préc Suiv

Exploration du graphite : 3 villageois placés en garde à vue à Brickaville

Exploration du graphite : 3 villageois placés en garde à vue à Brickaville

Après avoir dénoncé le forcing de DNI Metals et l’irrégularité de l’exploration de graphite, trois villageois d’Ambatolampy Brickaville ont été placés en garde à vue jeudi dernier. Les représentants des villageois ont rencontré la presse hier.

Le désaccord persiste entre les habitants d’Ambatolampy et la société canadienne DNI Metals qui effectue depuis peu l’exploration de graphite dans le village d’Ambatolampy, commune Ambinaninony, district Brickaville.

Les différends entre les deux parties ont pris de l’ampleur car le 7 septembre dernier dans le cadre de l’enquête effectuée au poste avancé de gendarmerie d’Ambatolampy, «Trois de nos confrères sont actuellement placés en garde à vue parce qu’ils ont osé dénoncer l’exploration irrégulière de nos terres par la société DNI Metals» a rapporté Zeze Augustin Fenoantenaina et Zozo Fenomanirison, représentants des villageois. Selon eux, DNI tente le forcing jusqu’au point de faire appel à la gendarmerie pour sécuriser les travaux.

Intimidations

Pour la population d’Ambatolampy, ce revirement de la situation s’apparente à une mesure d’intimidation, voire de répression envers ceux qui réclament leurs droits. Ils dénoncent une nouvelle fois une violation des droits de propriété foncière. Aussi, la population, avec l’appui de la Solidarité des Intervenants sur le Foncier (SIF), soutient que DNI Metals est en situation irrégulière par rapport aux dispositions du Code minier et à l’incompatibilité de son statut juridique.

Ces villageois réclament une compensation juste et équitable pour leurs terres, un contrat de négociation avant la poursuite des travaux d’exploration de graphite et avant tout mettre fin aux actes d’intimidations à leur endroit.

En plein désarroi, la population lance un appel de détresse aux autorités locales et surtout, aux membres de la Société civile, entre autres, la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH).

Ando Tsiresy

 

Les commentaires sont fermées.