Flash
Préc Suiv

Groupe Assist / AGF : une affaire de tentative de fraude de 7 milliards d’ariary devant le parquet

Groupe Assist / AGF : une affaire de tentative de fraude de 7 milliards d’ariary devant le parquet

L’affaire de fraude monétique impliquant la société AGF Export est déférée au parquet ce jour. Une affaire qui est loin de passer inaperçue auprès des autorités et autres parties prenantes.

Le dossier relatif à l’affaire de fraude dans laquelle est impliquée la société AGF Export, une filiale du groupe Assist Développement – les responsables d’AGF ne sont nuls autres que ceux groupe Assist (passés ou présents) selon le registre de commerce – passera devant le parquet ce jour. Une affaire qui est d’ailleurs au centre de toutes les attentions de toutes les autorités, de la Présidence au ministère de la justice, en passant par la Banque centrale, la CSBF, ainsi que les ambassades concernées (française et mauricienne en l’occurrence). Mais aussi l’ensemble de la communauté des affaires.

En revenant sur les faits, AGF Export a eu recours à des cartes de crédit frauduleuses, non reconnues par  leurs supposés utilisateurs, via son TPE. Cela pour réaliser des opérations hors territoire. Le détenteur de la carte serait un Tanzanien, dénommé Hassan Zuma Nguku qui a affirmé officiellement ne pas être au courant de cette opération. La personne a nié avoir effectué l’opération via cette carte Barclay’s. Et la banque elle-même a certifié qu’il s’agissait d’une opération frauduleuse.

Alors qu’AGF affirme que la transaction a été effectuée, personne n’a été témoin de cette opération à laquelle la société fait mention. La société a donc selon toute vraisemblance utilisé une fausse carte bleue au nom d’un Tanzanien. Le montant en jeu s’élève à plus de 2 millions d’euros, dépassant largement le seuil autorisé par visa et le transfert n’aurait jamais eu lieu. Par ailleurs, la justification de l’opération a eu lieu entre la Tanzanie et Hong-Kong, en dehors du territoire malgache, pour faire transiter de l’alcool et des cigarettes.

Quatre infractions en une seule opération

Il y a ainsi eu quatre infractions en une seule opération dans cette affaire. La première a trait à la convention sur les cartes de crédit qui requiert l’utilisation d’un code d’autorisation de la  banque, et qui interdit l’usage des appareils en dehors du territoire national.  Sur le même régistre, il y a eu également violation de l’objet social d’AGF si l’on se réfère à ses statuts, c’est-à-dire une violation de la réglementation du commerce hors taxe et violation de la règlementation des changes.

Se posent ainsi la question de savoir ce que font les organismes de régulation mais aussi s’il y a eu des complicités dans les hautes sphères.  Il faut enfin souligner qu’il n’y a pas qu’une banque locale qui a été extorquée et à qui l’on a par la suite réclamé une somme d’une opération qui n’a jamais eu lieu, la preuve que la somme avait été débitée chez le client fictif n’ayant jamais été apportée. En effet, la même opération a été tentée dans plusieurs autres établissements financiers et locaux…

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.