Flash
Préc Suiv

Coupure d’eau dans la capitale : une aubaine pour les chercheurs d’eau

Les coupures d’eau de la Jirama qui sévissent dans la capitale depuis mercredi ont engendré la grogne des usagers. Un calvaire pour ces derniers mais une aubaine pour les chercheurs d’eau.

Suite à une panne technique survenue au niveau d’un groupe électropompe de la station de production d’eau de la Jirama à Mandroseza, des coupures ou des perturbations de distribution d’eau ont lieu depuis mercredi, au moins dans une quarantaine de quartiers de la capitale. Une galère pour les Tananariviens mais plutôt une aubaine pour les chercheurs d’eau.

«Non seulement ils se font prier mais le prix du bidon de 20 litres a doublé», déplore une mère de famille du côté de Mahazo. En effet, après chaque coupure, une ruée vers les bornes-fontaines est constatée. Comme le retour de l’eau après la coupure ne dure qu’un laps de temps, les chercheurs d’eau n’offrent leurs services qu’aux plus offrants.

Un réveil très tôt

Un autre inconvénient de cette situation pour les usagers est le fait de se lever tôt pour faire l’approvisionnement en eau. Dans certains quartiers, le retour à la normale, ou presque, ne s’effectue que vers 3h ou 4h. Comme  le débit de l’eau est très faible lors de ce retour temporaire, des ménages sont obligés de faire appel aux services des chercheurs d’eau.

«Certes, la Jirama a dépêché des camions-citernes auprès des bornes-fontaines, à titre de mesure d’accompagnement, mais cette solution n’arrive pas à répondre à nos besoins quotidiens, même les plus élémentaires. D’ailleurs, la majorité des bornes dans notre quartier ne bénéficient de ce système», témoigne une autre mère de famille du côté d’Ambatomaro. Du coup, beaucoup n’ont pas vraiment le choix que de faire la queue dès 2h du matin en cette période hivernale.

Un abus dans les factures

Les usagers d’eau de la Jirama désapprouvent aussi certains abus, selon eux, au niveau de la facturation. A l’exemple de ce père de famille habitant à Ambolokandrina qui témoigne ne dépenser que 15 à 20 m3 d’eau mensuellement. Or, grande fut sa stupéfaction à la réception de sa facture, en date de ce mois d’août, qui a affiché une consommation de 75 m3.

«Nous n’avons ni fuite au niveau des tuyaux ni acquis une nouvelle piscine», affirme ce père de famille. En se plaignant à la Jirama pour vérifier s’il y a erreur dans cette facture, une responsable de la société lui a rétorqué qu’il devrait d’abord s’acquitter de sa facture, en attendant la vérification. Et que le non paiement de la facture à la date prévue équivaut à une coupure.

Sera R

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique