Flash
Préc Suiv

Affaire Antsakabary : l’enquête sans fin

La suite de l’affaire Antsakabary qui a défrayé la chronique en février, s’évapore dans la nature. Personne n’est capable de donner une réponse à la suite de cette affaire. Hier, dans son émission «Fotoam-bita», le Chef de l’Etat a simplement souligné que les investigations se poursuivent, sans donner plus de détails.

«Comme je l’ai déjà dit, l’enquête au fond se poursuit et le dossier est déjà entre les mains de la justice. Il appartient à cette dernière de fournir de plus amples détails», a-t-il fait savoir. Mais aux yeux du citoyen lambda, cette affaire ressemble à d’autres évènements qui se sont passés dans le pays sans que la population soit au courant du verdict final.

Pour rappel, l’affaire concerne deux policiers qui avaient perdu la vie suite à un mouvement de colère de la population locale. Puis, la vengeance policière aurait mis le feu sur  de nombreux villages. Des émissaires de la Commission indépendante des droits de l’homme  (CNIDH) avaient diligenté une investigation sur le terrain d’après laquelle il a été établi des rapports accablants en matière d’irrespect des droits de l’Homme.

L’affaire a coûté sa place au ministre de la sécurité publique de l’époque, Anandra Norbert. Par la suite, des suspects ont été arrêtés, tant au niveau de la police que des villageois, mais l’enquête semble au point mort.

«Il est indispensable de restaurer un début de confiance entre les gouvernés et les gouvernants. Concrètement, cela signifie dans le cas présent, d’une part de mener les procédures judiciaires à leur terme et en faire connaître les résultats à la nation, et d’autre part d’accorder aux victimes ou à leur famille des réparations proportionnelles aux préjudices subis. Il est indispensable que l’Etat prenne ces mesures, déjà prévues par nos lois, pour ressouder notre sentiment d’appartenir à une même nation, donner un sens à notre Indépendance», avait soutenu la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH).

Rakoto

Les commentaires sont fermées.