Flash
Préc Suiv

Ambatolampy Brickaville: DNI Metals, encore en phase de recherche

Ambatolampy Brickaville: DNI Metals, encore en phase  de recherche

Face à une certaine contestation de la population d’Ambatolampy Vohitsara, à Ambinaninony Brickaville, quant à l’existence d’une mine de graphite dans son village, la société DNI Metals tient à rassurer qu’ aucune activité d’exploitation n’est encore entreprise. La société est actuellement en phase de recherche.

«DNI Metals n’exploite pas encore de graphite ici à Ambatolampy Vohitsara. Aucun engin d’exploitation n’a encore été déployé. Nous sommes en ce moment en phase de recherche et de collecte d’échantillons pour analyse », a déclaré à la presse Harifidy Fidèle Rasangarivony, premier responsable géologue chez DNI Metals, lors d’une descente sur ce site samedi dernier. Ceci face aux informations selon lesquelles ladite société est entrée en phase d’exploitation alors qu’elle ne dispose que d’un permis de recherche. Le permis concerne actuellement six grands carrés miniers, soit 240 hectares.

Amable André Benjamin, directeur interrégional des Mines et du pétrole de Toamasina, a expliqué qu’une dame dénommée Mamy Estelle Randrianasolo a obtenu en 2010 un permis d’exploitation pour huit ans en tant que petit exploitant minier dans cette localité. Elle est entrée en partenariat avec la société canadienne DNI Metals en 2015. Cette dernière a, à son tour, obtenu un permis de recherche de six mois valable jusqu’en décembre prochain et a procédé à une ouverture de carrière.

« DNI Metals n’a reçu qu’un permis de recherche. Et selon les dispositions du Code minier, durant ces six mois, elle ne peut effectuer aucune opération d’exploitations sans avoir obtenu un permis d’exploitation ni utiliser des engins. Ici, il n’y a pas d’engins d’exploitation (pelle mécanique, chargeuse, bulldozer, niveleuse…) mais juste des appareils de sondage », a-t-il expliqué avant de préciser que « Avant son entrée en activités, la société a suivi toutes les procédures nécessaires à tous les niveaux ».

Ententes entre la population et DNI Metals

Les autorités locales, en l’occurrence Cécilien Ranaivo, maire de la commune rurale d’Ambinaninony, et Jean Pierre Iambana, chef du fokontany Vohitsara, pointent du doigt l’ex maire de la commune et ses deux fils, de semer le doute et créer la psychose au sein de la population et ce, malgré les ententes conclues avec la société et les villageois. « Toutes les procédures et les rituels ont été respectés depuis les fokontany jusqu’aux autorités les plus compétentes. Il  semble toutefois que l’ex-maire cherche à semer la discorde », ont-ils assuré.

Concernant les indemnisations des propriétaires de terrain, le maire a fait savoir que la plupart des propriétaires de terrains ont déjà reçu des compensations. Seuls trois sur les 25 devant être indemnisés n’ont pas reçu les leurs. Richard Auguste, un habitant d’Ambatolampy, a confié qu’il a été indemnisé pour ces terres équivalant à près de 2.000 m2.

Harifidy Fidèle Rasangarivony a assuré en outre que des concertations ont bel et bien eu lieu entre la population de Vohitsara, notamment les villageois d’Ambatolampy, et la société et à l’issue desquelles les deux parties ont abouti à une entente le 23 juillet dernier. Depuis ce temps, les travaux de recherche ont été suspendus mais la population demande à ce que les actions sociales se poursuivent.

Aujourd’hui, la société emploie près de 140 personnes, toutes provenant d’Ambatolampy et des villages environnants, pour la construction de route d’environ 4 km reliant la RN2 à Ambatolampy, la construction de puits dans les villages et l’aménagement d’un terrain de foot..

Arh.

Les commentaires sont fermées.