Flash
Préc Suiv

Vingt mille seulement

Vingt mille seulement

Ça y est, le jour J. Les Malgaches découvriront les premiers nouveaux billets à partir de ce jour. Certes ces billets ont un nouvel aspect mais c’est le billet de vingt mille ariary qui attirera particulièrement l’attention de tous. Les appréhensions se sont d’ailleurs fait sentir depuis quelques semaines déjà. Depuis la semaine dernière, certains transports publics ont même déjà affiché qu’ils n’acceptent pas ce billet. Cela pour des problèmes de monnaie évidemment.

A propos de cette fameuse  grosse coupure, certains se demandent à quoi pourrait-elle réellement servir. D’autres s’amusent même à dire que leur salaire sera revu à la baisse. S’ils avaient l’habitude de recevoir vingt billets, ils n’auront plus que la moitié par exemple. Dans tous les cas, ces nouveaux billets font déjà l’objet de plusieurs critiques, notamment au niveau de leur format. Certains parlent d’une imitation de l’Euro tandis que d’autres les comparent aux billets de monopoly. Si seulement… Les billets de monopoly ont plus de valeur que l’ariary. Il est en effet possible de sortir de prison, de payer les factures ou d’acheter une maison avec un seul billet de ce jeu. Mais même avec une grosse coupure de vingt mille ariary, il est difficile pour un simple citoyen de vivre dignement pendant une seule journée, particulièrement lorsqu’on est plusieurs à la maison.

D’autre part, cette initiative semble logique bien que certains craignent une hausse des prix. Il est clair que ce nouveau billet est mis sur le marché à cause de l’inflation et non pas l’inverse. Un kilo de viande ne s’obtient même plus avec un billet de dix mille ariary. Peut-être qu’avec un seul billet de vingt mille, on pourrait facilement accepter le changement. Dans tous les cas, il est là et chacun attend la suite. Comme tous les nouveaux billets, il sera surtout question d’habitude. N’oublions pas que le Zimbabwe avait mis en circulation un billet de plusieurs millions de dollars zimbabwéens il y a quelques années. Nous n’en sommes encore pas là, du moins pour le moment.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.