Flash
Préc Suiv

Manifestation TIM : le bras de fer avec le régime continue

Et de deux ! Après le refus d’autoriser le parti Tiako i Madagasikara (Tim) de célébrer son anniversaire à Mahamasina par le préfet de police d’Antananarivo, le régime remet cela, mais cette fois au niveau régional.

Selon les informations, le congrès régional du parti qui devait se tenir à Mandritsara a connu également le même sort. Une autorisation, puis un refus de dernière minute. L’on sait en effet que le bureau régional a déposé une demande d’autorisation afin de tenir le congrès régional du Tim auprès du district. De sources concordantes, le district a délivré une autorisation en bonne et due forme. Toutes les réservations dont celle du lieu de la manifestation ainsi que les billets d’avion des dirigeants au sein du bureau central ont été effectuées.

Le bureau régional du Tim a par la suite reçu une note mentionnant que finalement, l’autorisation lui a été retirée et qu’il n’a pas le droit de manifester comme prévu.

Deux poids deux mesures

Le traitement inégal est une fois encore prouvé. Car selon les informations, le parti HVM projettait de tenir son congrès régional à Mahajanga vers la moitié du mois d’août prochain. Et évidemment, les organisateurs n’ont eu aucun mal à obtenir l’autorisation puisque que l’on sait que l’évènement serait prévu  être retransmis en direct par les chaînes nationales. C’est ce genre de pratique qui est remis en cause par les opposants actuellement et qui met le régime en place en mauvaise posture.

Tenir un congrès national est un droit inaliénable pour un parti politique légalement constitué et est même exigé avant de se targuer d’être un parti légitime en même temps. Ce congrès national est normalement précédé des congrès régionaux.

Pour les observateurs, le régime doit absolument arrêter les manœuvres d’élimination de ceux qui n’épousent pas son opinion et faire en sorte que tous les citoyens puissent jouir de la démocratie.

Rakoto

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique