Flash
Préc Suiv

Après les États-Unis et les nations unies : la France pour des élections libres et inclisives

La France, à l’instar de la plupart des Partenaires techniques et financiers du pays, s’est aussi exprimée par rapport aux échéances électorales à venir dans le pays. Elle s’attend à des consultations populaires traduisant la volonté des Malgaches.

C’est en tout cas ce que l’ambassadeur Véronique Vouland-Aneini a soutenu lors de son discours durant la célébration de la fête nationale française, hier à Ivandry. «Notre souhait le plus cher est que ces élections, qui sont déjà dans tous les esprits, renforcent l’ancrage du pays dans le camp de la démocratie, qu’elles traduisent le libre choix

des Malgaches, qu’elles soient transparentes et inclusives et se déroulent sans porter atteinte à la stabilité du pays et à l’intégrité des personnes», a-t-elle déclaré dans son allocution.

Cette position s’aligne aux déclarations des diplomates et des partenaires officiant dans le pays ces derniers temps. Lors de la célébration de «l’Independence day», l’ambassadeur des États-Unis Robert Yamate avait aussi soutenu des élections ouvertes et transparentes. «Quelles que soient les discordes, faites en sorte d’avoir des élections libres, crédibles, ouvertes, transparentes et où tout le monde pourra participer, dans le souci de l’intérêt de la population. Laissez à la population le dernier mot. C’est à la population qu’incombe la responsabilité des résultats des élections», avait-il alors indiqué.

Ces temps-ci, la crainte de certains acteurs politiques sur l’éventualité d’un ni…ni, une autre manière d’exclure des candidats a fait couler beaucoup d’encre par rapport aux processus électorale à venir. Plus direct, s’exprimant sur ce sujet, la coordonnatrice résidente du Système des Nations unies (SNU), Violette Kakyomya, a noté jeudi dernier, «Je ne pense pas que cela s’applique aux élections de 2018».

Etat de droit

En tout cas, hier, la France, par le biais de son ambassadeur a réitéré la volonté de son pays à accompagner Madagascar. «La France est à vos côtés pour mener à bien cette entreprise parce que si l’instauration d’une démocratie qui fonctionne est dans l’intérêt des Malgaches, c’est aussi celui de tous vos grands partenaires», a noté Véronique Vouland-Aneini s’adressant au premier ministre. Et elle de poursuivre, « Un Etat de droit, des institutions fortes, de véritables contre-pouvoirs, un climat des affaires serein sont le meilleur moyen d’inscrire Madagascar dans le monde global ».

Coopération

Le Premier ministre Olivier Mahafaly a pour sa part insisté sur l’importance de la coopération entre les deux pays. «Le nombre de membres du gouvernement présent à cette cérémonie témoigne de notre volonté de coopérer étroitement avec la France», a-t-il insisté. La France demeure en effet un partenaire clé de la Grande île, à travers sa présence significative et des axes de coopération dans plusieurs domaines.

C’est le cas entre autres de la Commission de l’océan Indien (COI), à travers l’Agence française de développement (AFD), ou encore de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). «Notre rôle de partenaire responsable, c’est de vous accompagner dans la consolidation de vos institutions, parce que plus on est, mieux on tire parti de son ouverture internationale (…) Nous avons axé notre coopération sur la justice qui est la clé d’un développement harmonieux et dont les failles provoquent aujourd’hui tant de souffrance dans la population (…)», a indiqué l’ambassadeur de France.

J.P

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique