Flash
Préc Suiv

Médiateur de la république : le manque de ressources décrié

Médiateur de la république : le manque de ressources décrié

La médiature de la République a présenté son bilan d’activité pour l’année 2016 hier, à Antaninarenina. Le rapport fait état d’une baisse des doléances reçues. Le manque de financement de l’Etat est encore d’actualité.

«Le problème financier n’est pas toujours réglé pour la médiature de la République. Nous manquons de ressources, freinant ainsi l’atteinte de certaines de notre mission. Notre budget est inscrit dans la Loi de finances mais le problème réside au niveau du paiement. Ce dernier est souvent régi par le taux de régulation. Par conséquent, nous nous contentons d’un échange par écrit et non de personne à personne avec ceux qui ont besoin de notre aide. Nous ne pouvons pas entreprendre des descentes au niveau des régions, faute de carburant par exemple». C’est en ces termes que le médiateur de la République, Monique Andreas Esoavelomandroso a plaidé la cause de cette institution qui fait office de défenseur du peuple. Le médiateur a entériné ces doléances à chaque fois qu’elle fait face à la presse.

En baisse

Comme chaque année, la médiature de la République dresse un bilan de ses activités. Pour l’année 2016, le nombre des doléances reçues a largement baissé par rapport à l’année 2015, allant de 184 à 136 en 2016. Selon le rapport, elles concernent notamment la pension de retraite, le dysfonctionnement administratif et judiciaire, les litiges fonciers.

En 2016, par exemple, des requêtes ont été adressées auprès de la médiature pour voir de près la question du paiement des cotisations auprès de la Cnaps. «Il a été déclaré que des employeurs ne s’acquittent pas de leur part patronale. Ce sont surtout les employés du secteur privé qui en sont les principales victimes», a révélé le médiateur.

Parmi les plaintes figurent également la lourdeur administrative relative au paiement des pensions accordées aux veuves. Au niveau de la justice, le rapport souligne le refus d’exécution d’une décision de justice, la lenteur des procédures judiciaires.

Nadia

 

Les commentaires sont fermées.