Flash
Préc Suiv

A la trappe

A la trappe

Le pays frôle de nouveau une zone de turbulence dangereuse. Le semblant de calme vécu durant quelques semaines n’a auguré rien de bon sinon la reprise des hostilités après la trêve des fêtes successives.

Si le mouvement des journalistes sur la liberté d’expression a sonné l’hallali, des corps des agents de l’Etat, à l’affût des moindres ressacs, ont saisi la balle au bond pour tirer des salves en direction du régime qualifié de tous les noms. L’affaire « Claudine » figure toujours en filigrane des revendications pour le syndicat des magistrats. Les douaniers, les agents pénitentiaires et tous ceux qui s’apparentent aux fonctionnaires de l’Etat se ruent dans la brèche sans démontrer toutefois des raisons convaincantes dans leur décision. Les correcteurs des examens du BEPC de plusieurs centres de l’île ont même donné le ton dernièrement en boycottant les copies des candidats mais le mouvement s’est terminé en queue de poisson après la traditionnelle promesse de solution à la va-vite.

Changeant leur fusil d’épaule, les politiciens n’ont plus occupé le devant de la scène depuis quelques mois. Ceux qui aspirent au pouvoir ne font que tirer les ficelles à partir des coulisses pour laisser le champ libre aux nouvelles têtes conformément aux aspirations de la population avide de changement. De gros calibres ont pourtant émergé, tentant une sortie médiatique en demi-teinte, optant pour un repli face à une poignée de garde-chiourmes armés de grenades lacrymogènes. Les parties en lice, le Number one de l’Etat inclus,  se bornent à jouer aux combats virtuels par médias interposés pour l’heure, faute de partisans convaincus et d’arguments convaincants. Les mouvements sur le terrain n’impactent malheureusement pas sur leurs destinataires mais sur les contribuables pressés entre l’écorce et le bois. Diriger ou revendiquer sont des droits fondamentaux du citoyen mais il faut toujours se garder de passer à la trappe, sinon bien des efforts vont tomber à l’eau.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.