Flash
Préc Suiv

Cercle vicieux

Cercle vicieux

Et l’histoire est un perpétuel recommencement. Les têtes changent, les visages défilent. Mais malgré tout, il est des hommes inamovibles quel que soit le régime en place, qui perpétuent les mauvaises pratiques en matière de gouvernance. Tous les présidents de la République qui se sont succédé ont essayé de mater les mouvements populaires en abusant de leur prérogative : faire appel aux forces de l’ordre. On ne se manifeste pas sans raison.

Mais est-ce une raison de continuer cette pratique aujourd’hui qui a entrainé la chute des Républiques? Ce sera toujours le cas demain ? La démocratie et la liberté d’expression sont sans cesse en quête de repères à Madagascar. Parce que telle ou telle personnalité a fait ceci et cela que les dirigeants actuels devraient donc en faire autant. Voilà une terrible analyse de la signification de la pratique politique et de l’accomplissement des responsabilités du pouvoir.

Lorsque les régimes font face à des difficultés, il leur est légitime de se protéger sauf que l’usage de la force n’a jamais conduit loin. Loin de là. Au-delà du refoulement des classes populaires qui ressemble à un abus de la force, c’est l’image même du pays qui sera écornée. Pas étonnant si le pays commence  à faire l’unanimité en matière d’instabilité.

Et paradoxalement, personne ne semble avoir pris les leçons d’hier sur ce point. Qui aurait cru que les partisans de Ravalomanana descendraient dans la rue, comme l’ont fait beaucoup d’autres auparavant ? Et qui dira que les ténors du régime n’en feront pas de même demain ? Rien n’est moins sûr.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.