Flash
Préc Suiv

Chacun sa route, chacun son chemin

Série noire en Grande Bretagne avec un double attentat puis, un incendie géant. Un autre attentat à Jérusalem ce week-end puis un autre en Colombie. Mais chacun essaie de remonter la pente. Pendant ce temps, Donald Trump impose sa marque. Réforme sur les relations entre les États-Unis et Cuba, sur le système de santé ou encore sur les mesures à prendre dans les pays en guerre, le successeur d’Obama veut tout changer à sa manière. Peut-on ou devrait-on lui en vouloir lorsqu’on sait que les États-Unis ont connu une certaine faiblesse à l’époque du président Obama? Peut-on en vouloir à plusieurs citoyens américains de soutenir ce nouveau président que plusieurs qualifient également de raciste et de barbare ?

D’autre part, monsieur Macron à déjà fait ses preuves, du moins, vis-à-vis de ses partisans. Une rencontre sérieuse avec Angela Merkel, une poignée de main ferme avec Donald Trump et une certaine mise au point avec Vladimir Poutine, il y a de quoi être fier pour un jeune président fraîchement élu. Cela, sans oublier l’obtention d’une grande majorité aux législatives.

En effet, chacun sait apporter ce qu’il y a de mieux pour son pays et se débrouille comme il  peut. Qu’en en est-il de nos dirigeants ? La pauvreté et l’insécurité ne datent pas d’hier mais le pays semble s’enfoncer encore plus. Quelles mesures avaient-ils pris et étaient-elles efficaces? Au vu de la situation actuelle, le monde semble avancer sans nous. Alors que certains débattent de leur place dans le monde, du réchauffement climatique ou encore de leur prouesse, Madagascar en est encore aux lois électorales, à la réconciliation nationale, voire aux problèmes d’électrification ou d’approvisionnement en eau si pour certains ce sont déjà des droits acquis. Le chemin est rude et difficile mais l’important est d’avoir la volonté de le prendre.

Tahina navalona

 

Les commentaires sont fermées.