Flash
Préc Suiv

Braquage et attaques a main armée : deux détenus parmi les braqueurs

Braquage et attaques a main armée  : deux détenus parmi les braqueurs

Six individus, auteurs présumés d’une série d’attaques à main armée et de braquages à Betafo et sur la RN 34, viennent d’être arrêtés par la gendarmerie. Deux d’entre eux sont des détenus.

Qui s’y frotte s’y pique. Les deux détenus impliqués dans ces affaires, ainsi que leurs quatre présumés complices dont un mineur de 15 ans n’oublieront pas de sitôt cet adage bien connu. En effet, après avoir longtemps écumé cette localité, ils ont fini par être appréhendés par les éléments de la brigade de gendarmerie de Betafo. Les armes utilisées par la bande, dont un fusil, ont également été saisies.

Dans la nuit du 10 juin, les bandits ont pris pour cible un taxi-brousse reliant la capitale à Morondava. Cette nuit-là, à Antanety, district de Betafo, ils ont tendu une embuscade en plaçant des blocs de pierre sur la chaussée. Gardant son sang froid, le chauffeur a forcé le barrage. Les coupeurs de route ont ouvert le feu mais le chauffeur a réussi à se frayer un passage. Il a immédiatement alerté la gendarmerie.

Sans attendre, les gendarmes se sont déployés mais chemin faisant, ils sont tombés nez à nez avec les malfaiteurs. Des échanges de tirs ont eu lieu. A court de munitions, les bandits ont dû abandonner la partie. Ils se sont éparpillés aux quatre vents. Quoi qu’il en soit, les gendarmes ont réussi à capturer l’un d’eux, un adolescent de 15 ans.

Les enquêteurs n’ont pas eu du mal à lui tirer les vers du nez. Dans un aveu circonstancié, l’adolescent a dénoncé ses acolytes.

Les deux détenus ont été arrêtés le lendemain dans le camp pénal d’Amboavoa. Deux autres suspects qui ne sont pas des détenus ont également été épinglés, alors qu’ils se sont terrés dans le camp pénal en question. Le même jour, les gendarmes ont mis la main au collet du cinquième membre du gang, un habitant de Mahaiza. Un fusil de fabrication artisanale, une hache, une pince-monseigneur, des torches et des sifflets ont été découverts, lors de la fouille opérée à son domicile.

Selon la gendarmerie, les deux détenus, condamnés à 5 ans de travaux forcés à la maison centrale d’Antsirabe, venaient d’être transférés au camp pénal d’Amboavoa.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.