Flash
Préc Suiv

Kidnapping de Karana : fin du calvaire pour Nishit Chandarana

Les ravisseurs de Nishit Chandarana, un opérateur touristique de la capitale, ont libéré leur otage après une dizaine de jours de séquestration, jeudi dernier. Aucune information n’a filtré de ce nouveau rebondissement, mais les limiers de la police affirment poursuivre leurs enquêtes.

Rien d’officiel jusqu’ici mais des indiscrétions ont révélé que Nishit Chandarana, enlevé en pleine rue à Behoririka depuis une dizaine de jours, est revenu au milieu des siens depuis jeudi. Il n’aurait été jamais été libéré gratuitement, selon toute logique, mais la famille n’a livré aucune information depuis ce fait nouveau. La police a aussi avoué n’avoir jamais été mise au fait des évènements, d’après nos sources, mais les enquêteurs vont s’obstiner à poursuivre leurs investigations pour réduire la capacité de nuisance de ces criminels.

Aux dernières nouvelles à prendre au conditionnel, des rumeurs ont circulé qu’un jeune Karana prévoyant de passer des vacances à Foulpointe aurait été enlevé la veille de la libération de Nishit Chandarana. Après plusieurs recoupements, les faits ne sont pas avérés.

Filière juteuse

La représentation diplomatique indienne a ses raisons de s’alarmer dans le contexte actuel où l’enlèvement de Karana devient une filière juteuse pour ses auteurs. Le silence complice des victimes les rend invulnérables et les pousse à la témérité et favorise la fréquence des rapts. La libération d’un otage est toujours suivie d’un autre enlèvement, suivant une statistique bien étudiée puisque Nishit Chandarana a été kidnappé moins de 24 heures après la libération d’Yanish Ismaël et voilà qu’un autre vient d’être enlevé avant la libération de Nishit Chandarana, et le mal ne se limite plus dans la capitale.

Face à la situation, l’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Subir Dutta, a souhaité plus de rigueur de la part des autorités malgaches pour éradiquer ce fléau en rappelant les différentes rencontres qu’il a eues avec les ministères concernés par la sécurité à propos des kidnappings ciblant particulièrement la communauté Karana de Madagascar.

Manou

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique