Flash
Préc Suiv

LA LFR 2017 adoptée : le budget de la Défense et de la Sécurité publique en baisse

La Loi de finances rectificative (LFR 2017) adoptée sans amendement. 13 ministères bénéficieront d’une hausse de leur budget respectif, mais 19 autres vont devoir se serrer la ceinture.

Sans surprise, une cinquantaine de députés ont adopté la LFR 2017 sans amendement. Il en est d’ailleurs de même pour les travaux de commissions qui ont précédé la séance plénière d’hier à Tsimbazaza. Un processus qui n’a étonné personne étant donné que les députés n’avaient presque pas le temps d’examiner le texte.

Le ministère de la Défense a perdu 810 milliards d’ariary de crédits, celui du Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie a été diminué de 5,232 milliards d’ariary et 2,5 milliards pour celui de la Sécurité publique. 16 autres ministères ont été sacrifiés au dépend des autres, dont ceux de l’Emploi et de la formation technique, de la Fonction publique, de la Communication ou encore celui des Travaux publics.

Dans tous les cas, 13 ministères ont vu leur budget revu à la hausse dont le record est détenu par le ministère des Finances et du budget, à hauteur de plus de 366 milliards ariary. Son budget passe alors de 1,6 milliard à plus de deux milliards d’ariary. Vient ensuite celui de la Primature qui a gagné 88 milliards d’ariary et revoit son budget à près de 189 milliards d’ariary, de l’Education nationale avec 70 milliards d’ariary en plus ou encore celui du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures avec une hausse de 120 milliards d’ariary. Le cas de ce dernier semble cependant logique étant donné que deux ministères ont été fusionnés.

Le cas de la Ceni

Malgré cela, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) n’a bénéficié que d’une hausse de 265 millions d’ariary malgré que celle-ci œuvre pour la préparation des élections et nécessite un certain budget. Il faut d’ailleurs noter que la Ceni a souvent demandé plus d’autonomie budgétaire pour qu’elle puisse exercer ses fonctions indépendamment des autres institutions. Le Sénat, se plaignant déjà d’un manque de budget a encore vu le sien diminué de 344 millions d’ariary.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.