Flash
Préc Suiv

Rendez-vous manqués

Rendez-vous manqués

Une initiative louable mais qui, au final, n’a fait qu’accentuer les frustrations envers un régime en mal de popularité. Pour sa quatrième édition, hier, le pseudo « Rendez-vous » entre le Chef de l’Etat et les internautes a fait plus de déçus que des heureux. Il suffit d’ailleurs de lire les commentaires des uns et des autres quelques minutes après l’émission pour comprendre cet état d’esprit. La dernière en date, réservée à la situation de la société de distribution en eau et en électricité en est une illustration parfaite de l’incompréhension permanente entre le pouvoir et la population.

 Au lieu de tabler sur une solution concrète, le Président de la République a, une fois de plus, misé sur des explications déjà connues, telles que le délestage. Pire, les éternels refrains sur  la faute aux anciens dirigeants par rapport à  la non construction de barrages ou encore les subventions accordées à cette société d’Etat ont été avancés. Des excuses renouvelées à chaque fois que le régime peine à trouver des explications sur ses faillites, et pas seulement sur le cas de la Jirama. C’est toujours la faute aux anciens dirigeants. Mieux encore, les procédures d’obtention de fonds de la part des bailleurs traditionnels ont été aussi évoquées comme des raisons à la non concrétisation de certaines promesses de campagne.

Le choix de miser sur un canal de communication par excellence comme le Youtube, à l’heure où une grande partie des électeurs s’y retrouve,  est certes une avancée. Plusieurs dirigeants du monde, allant des Chefs d’Etat aux Chefs de gouvernement en passant par des premiers responsables au sein des organismes internationaux, y ont recours. Cependant, plutôt que de se complaire aux idées déjà connues, les proches du numéro un de l’Etat devraient plutôt l’aider à parler du concret et trouver des solutions directs par rapport aux quotidiens de la population. Car, à l’aube de la fin du mandat présidentiel, l’heure ne semble plus aux palabres ou encore aux solutions palliatives.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.