Flash
Préc Suiv
Logo Free News

RAJAO AND CO ONT FAILLI A TOUS LEURS DEVOIRS : Et pourtant ils n’ont aucune honte à se vanter

RAJAO AND CO ONT FAILLI A TOUS LEURS DEVOIRS : Et pourtant ils n’ont aucune honte à se vanter

Faire l’aumône constituerait-il un tel exploit qui mérite qu’on s’en enorgueillisse et qu’on s’en montre fier ? Il semble que cela soit le cas pour ce régime si l’on se réfère à ces discours et à ces gesticulations du couple Rajaonarimampianina, des plusieurs membres du gouvernement ainsi que de ce pléthorique effectif des barons du HVM venus apporter quelques kilos de riz et de haricots à chacune des 8 000 familles présentes au palais des Sports à Mahamasina, dernièrement.

Ils devraient pourtant savoir, tous autant qu’ils sont, que ce geste, cette aide à ces familles nécessiteuses, relève du simple devoir des dirigeants envers leurs administrés, si tant est que les dirigeants sont responsables. Il est du devoir de ceux qui sont au pouvoir de porter assistance à la population. Un devoir au même titre que la construction de nouvelles infrastructures et la maintenance de celles existantes, sans parler du maintien de l’ordre et de la restauration de la sécurité.

Pas la peine de « sautiller » !

Ce ne sont donc pas des exploits ou des performances dont on doit se vanter puisqu’il s’agit pour ainsi dire « d’affaires courantes » d’un gouvernement responsable. Et ce n’est qu’après avoir accompli tous ces devoirs que l’on pourrait, le cas échéant, se flatter d’avoir effectivement réalisé une prouesse. Mais tant qu’on n’a pas encore fait tout ce qu’on doit faire, il faut être d’une extrême sottise que d’oser se flatter et de « sautiller sur les tribunes » comme l’a dit crûment le conseiller spécial de la mairesse de la capitale, Marc Ravalomanana, à l’endroit du président de la République Hery Rajaonarimampianina. Ainsi, il est tellement évident que ces gesticulations outrancières ne constituent que poudre aux yeux pour cacher les incapacités et les incompétences de ce régime. Un régime qui n’est même pas capable du minimum mais qui, pourtant, fête la moindre de ses réalisations – des devoirs, faut-il le rappeler – comme de véritables exploits.

Les devoirs d’un chef d’Etat

Et comble des stupidités, « l’on » a même l’outrecuidance d’avancer au sein de ce régime « qu’on » est prêt à rivaliser avec n’importe qui en matière de réalisation. « Faites-en autant si vous en êtes capables », déclare fièrement le président de la République sans penser un seul instant que tout ce qu’il a fait jusqu’ici, ou plutôt le peu qu’il a fait jusqu’ici, s’inscrit dans le cadre de ses devoirs en tant que chef d’un Etat. Par ailleurs, visiblement Hery Rajaonarimampianina et son équipe ignorent totalement que ceux qui ne sont pas au pouvoir, notamment ses opposants qu’il accuse de ne rien faire, n’ont pas ces devoirs-là. Mais il n’est sans doute pas encore trop tard pour que son entourage apprenne enfin au président ce qu’est réellement gouverner et gérer une nation. Il n’y a pas d’âge pour apprendre, il suffit d’en avoir la volonté !

N. Randria

 Où sont passés les 21 engagements pour la population du Sud ?

«  Approvisionnement en eau du Grand Sud à travers la réhabilitation, la construction et la pérennisation d’impluvium; micro-irrigation ; adduction d’eau via la réalisation de barrages, de pipeline et le transfert d’eau depuis l’Efaho, Benamba, Menarandra, Mandrare, Manambovo ; la désalinisation de l’eau de mer ; la réhabilitation des RN10, RN13 et RN17 ; la réhabilitation ou la construction de puits pour l’agriculture, l’élevage et la pêche ou encore le reboisement à grande échelle ; l’élargissement sur la région Androy du dispositif de Transfert monétaire conditionné (TMC) Vatsin’Ankohonana … »
Ces prétendus chantiers figuraient parmi les 21 engagements signés par 10 membres du gouvernement ayant participé à la Concertation Nationale pour la recherche de solutions durables aux problèmes récurrents du sud, organisée les 19 et 20 février 2016 à Ambovombe Androy par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) et le ministère de l’Economie et de la planification (MEP) sous l’égide du Gouvernement. 
Une concertation durant laquelle Onitiana Realy, la ministre de la Population avait versé quelques larmes (de crocodile ?).

 Les larmes ont vite séché

Combien parmi ces engagements ont été tenus ? Presque aucun. En effet, les larmes ont  rapidement  séché et quelques mois plus tard, alors que des millions de Malgaches dans le sud subissaient les affres de la famine et risquaient de passer de vie à trépas, Rajaonarimampianina et son gouvernement ont réalisé les sommets du COMESA et de la Francophonie. Des rencontres juste pour le bling-bling car leurs répercussions sont jusqu’ici insignifiantes, voire inexistantes pour la population alors qu’elles ont englouti des milliards et des milliards d’Ariary. 
Faut-il encore s’interroger laquelle, entre l’assistance à la population du Sud et la réalisation, figurait au titre des devoirs et laquelle ne relevait que du simple caprice ?

Les commentaires sont fermées.