Flash
Préc Suiv
Logo Free News

MAPAR SUR LA PRATIQUE POLITIQUE : L’aventurisme du régime est pointé du doigt

MAPAR SUR LA PRATIQUE POLITIQUE : L’aventurisme du régime est pointé du doigt

« Le Mapar avait une vision claire en soutenant l’actuel Chef de l’Etat lors de la présidentielle de 2013, mais ce dernier nous a tourné le dos », rappelle ce politicien.

La pratique politique à Madagascar fait l’objet d’un grand débat durant l’atelier organisé par le Pnud, qui se tient depuis hier à l’hôtel Carlton à Anosy. Il s’agit d’aborder, en particulier, l’élaboration des projets de société et des programmes politiques pour une démocratie apaisée et exclusive.

«On connait tous la pratique politique à Madagascar? C’est médiocre. La question de «fauteuil » prime sur le développement durable du pays. De surcroit, la situation à Tsimbazaza où la politique de la mallette règne est encore pire», a fustigé hier Pierre Houlder, le porte-parole du parti Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina (Mapar). En effet, ce dernier déplore le fait que la plupart des partis politiques n’aient ni une vision pour le développement, ni un programme politique clair pour convaincre l’électorat. «Ce qui préoccupe les prétendants aux élections c’est d’accéder par tous les moyens au pouvoir. Ce qui explique le phénomène de retournement de veste», ajoute-t-il. D’après ses dires, les citoyens ont, également, leur part de responsabilité dans cette situation. «L’éducation des citoyens est un autre problème. Dans un pays pauvre comme Madagascar, les citoyens n’ont aucune idée des diverses idéologies politiques telles que le conservatisme, le libéralisme ou le social démocrate. Ils votent pour le candidat qui a su amadouer par de belles paroles ou celui qui a distribué le plus de goodies comme les tee-shirts», a-t-il soutenu.

Faute de vision

Pour ce politicien, faute de vision pour le développement du pays, ce régime se lance dans l’aventurisme. « Ce régime n’a pas de programme politique pour le processus de développement du pays. Le Mapar avait une vision claire lorsqu’il a soutenu l’actuel Chef de l’Etat lors de la présidentielle de 2013, mais ce dernier nous a tourné le dos», a-t-il rappelé. A cet effet, cette personnalité proche de l’homme fort de la Transition, Andry Rajoelina, pointe du doigt les solutions tip-top apportées par les dirigeants actuels. Le dernier en date est la distribution de vivres aux 8 000 personnes vulnérables issus des six arrondissements de la capitale et de ses périphéries, au Palais des sports à Mahamasina lundi dernier. «C’est aberrant d’entendre le président de la République dire que pour remédier à la fausse promesse de financement des bailleurs de fonds, nous sommes obligés de recourir à d’autres financements. On se rend compte donc actuellement que les 10 milliards de financement ne sont qu’un leurre. Où irons-nous alors dans ce cas puisque notre pilote n’a pas de destination précise pour le pays ?», a-t-il conclu.

J.Harisoa

Les commentaires sont fermées.