Flash
Préc Suiv
Logo Free News

INSECURITE ET CLIMAT DES AFFAIRES : Le SIM préoccupé par la situation

INSECURITE ET CLIMAT DES AFFAIRES : Le SIM préoccupé par la situation

«Le SIM est inquiet face au climat d’insécurité qui s’ajoute à la délinquance économique qui règne dans le pays».

Dans un communiqué publié ce mardi, le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM) se dit préoccupé par les actes criminels dont les opérateurs et industriels sont souvent la cible. En l’espace de deux mois, deux kidnappings ont eu lieu. Les victimes sont des familles ou des proches d’opérateurs économiques locaux. Le syndicat interpelle les dirigeants sur l’importance de créer un environnement sûr et propice au développement économique du pays.

Les médias s’attardent sur l’enlèvement du jeune opérateur Yanish Ismaël, qui s’est produit à Ankadikely-Ilafy le 14 mai dernier. Un rapt particulièrement violent qui témoigne de la détermination des criminels à faire usage de leurs armes. Un policier chargé d’assurer la sécurité de la victime est décédé de suite de ses blessures au moment des faits. Du côté de la Police nationale, les enquêtes sont à leurs premiers balbutiements. Pour l’instant, Yanish Ismaël n’a donné aucun signe de vie et on ignore les principales motivations des ravisseurs. La victime étant le fils de Danil Ismaël du groupe SMTP, le SIM a réagi par le biais d’un communiqué pour dénoncer ces actes odieux qui constituent une entrave au développement de l’économie malgache. En effet, le syndicat appelle les responsables à tous les niveaux à prendre des mesures afin de restaurer la sécurité des opérateurs, cibles privilégiées des kidnappeurs. «Les opérateurs, investisseurs et industriels à Madagascar sont devenus les cibles favorites des ravisseurs et des criminels experts en conquête d’argent facile et d’extorsions de fonds», pouvait-on lire sur le communiqué. De ce fait, le SIM hausse le ton et insiste sur le fait que les industriels sont avant tout des acteurs de la vie économique à Madagascar. Un groupe comme le SMTP emploie directement 1500 personnes et fait vivre 5000 âmes.

Actes mafieux économiques

L’insécurité grandissante étant, les opérateurs économiques et investisseurs étrangers vivent en permanence dans l’inquiétude. «Avec le contexte actuel, je suis obligé de limiter mes déplacements faute de garde rapprochée. Je revois la liste de mes fréquentations et je change tous les jours mon itinéraire par peur d’être suivi», confie un investisseur étranger. Sans vouloir évoquer la psychose, l’atmosphère délétère dans laquelle évoluent les acteurs économiques a des conséquences néfastes sur l’essor des entreprises nationales. Par ailleurs, le SIM attend des dirigeants des mesures pour la sauvegarde et la préservation de l’économie malgache. De ce fait, ce syndicat exige un climat des affaires favorable au développement du secteur privé. Ceci en vue de «l’éradication totale des actes mafieux économiques et de ses commanditaires», précise le communiqué. Par cette interpellation, les industriels regroupés au sein du SIM adressent un message fort à l’endroit du régime pour ramener l’ordre dans le pays. En somme, la sécurité est une condition sine qua non pour redresser l’économie à Madagascar. Avec l’anarchie actuelle, l’inertie de l’Etat laisse la porte grande ouverte à tous les abus, les infractions et les actes criminels en tous genres.

Les commentaires sont fermées.