Flash
Préc Suiv

Insécurités , rapts… : les industriels tirent la sonnette d’alarme

Insécurités , rapts… : les industriels tirent la sonnette d’alarme

Les opérateurs et investisseurs sont devenus les principales cibles de la série d’enlèvements enregistrés depuis le début de l’année. Le Syndicat des industries de Madagascar (Sim) tire la sonnette d’alarme et attend un signal fort venant de l’Etat pour mettre fin à ces actes criminels.

La sécurité des investissements à Madagascar est menacée. La série de kidnappings survenus ces derniers mois dans le pays constitue un facteur d’instabilité dans le monde des affaires,   soutient le Syndicat des industries de Madagascar (Sim). Les opérateurs et investisseurs à Madagascar sont devenus les principales cibles des malfaiteurs. Le 14 mai dernier, Yanish Ismaël, un des membres du Sim a été kidnappé par des hommes armés de kalachnikov et de pistolets automatiques, en plein jour et devant sa  famille et ses proches en place publique, rapporte le Sim dans son communiqué. Depuis le début de l’année, cinq à six cas d’enlèvement ont été enregistrés dans le  pays, tous des opérateurs ou des proches d’opérateurs économiques.  Il est évident que la situation est devenue alarmante.

Le Sim sollicite le retour à l’ordre dans le pays

 Le syndicat fait appel aux autorités pour éradiquer ensemble ces activités criminelles. Pour le Sim, il est primordial de mettre fin aux «actes mafieux économiques» pour permettre un climat des affaires favorable au développement du secteur privé dans le pays. Par ailleurs, le Sim attend un signal fort venant de l’Etat pour garder la souveraineté économique de Madagascar, et ne pas laisser place à un système très corrompu qui profite à une part d’individus.

Dans la même foulée, le Sim sollicite le retour à l’ordre dans le pays et soutient l’interdiction des opérateurs et entreprises déjà connus pour des actes illicites et de délinquance économique à investir à Madagascar et à participer à des appels d’offres de marchés publics.

Notons que les opérateurs et investisseurs à Madagascar font également face à d’autres difficultés, entre autres la concurrence déloyale, les tracasseries fiscales et judiciaires en tout genre qu’ils n’ont eu de cesse de rappeler.

Riana R.

(Photo d’archives)

 

Les commentaires sont fermées.