Flash
Préc Suiv
Logo Free News

ASSAINISSEMENT DES MARCHES : La CUA préfère faire profil bas

ASSAINISSEMENT DES MARCHES : La CUA préfère faire profil bas

Le changement promis par la mairesse Lalao Ravalomanana n’est toujours pas ressenti.

Lors de sa campagne aux communales, Lalao Ravalomanana avait promis que la capitale retrouvera son image d’antan. Pourtant, plus de deux ans après son élection, la réalité est tout autre.

Au vu de ce qui se passe actuellement à Analakely, il semble que la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a perdu la bataille qu’elle a engagée contre les marchands illicites. En effet, malgré les travaux d’assainissement, les trottoirs et pas mal de rues de la capitale sont toujours occupés par le marché informel. Un échec dû au manque de sérieux de la part des dirigeants et des agents d’assainissement. Dernièrement, des portions de rue et l’ancien parking en face du palais de verre à Anosy viennent d’être reconquis par des marchands. Certes, la municipalité essaye d’avancer des solutions contre le commerce informel mais celles-ci suscitent des polémiques. Pourquoi ne pas installer les marchands à la sauvette dans les emplacements désertés comme ceux de Petite vitesse? Le problème est que les occupants des marchés nouvellement constitués ne sont que des opportunistes aux bras longs et non des commerçants de métier. Ce qui fait que les solutions avancées ne résolvent en rien la situation. Au contraire, elles favorisent le secteur informel.

Indiscipline et gabegie

En tout cas, à l’approche de l’échéance électorale de 2018, le couple Ravalomanana fait profil bas. Une guerre qui n’est pas gagnée d’avance vu la situation actuelle. En effet, l’indiscipline et la gabegie sont légion, contrairement à ce qui a été promis durant la campagne électorale. Aussi, les « mille et un travaux » qui attendent les dirigeants risquent de ne pas être achevés à temps, c’est-à-dire avant la fin du mandat de la mairesse. Outre la lutte contre les marchands de rue, les embouteillages monstres et l’organisation des parkings, devenus d éternels problèmes pour les usagers de la route, constituent également une bête noire pour l’équipe de la CUA. Tout compte fait, le changement promis par la mairesse Lalao Ravalomanana n’est toujours pas ressenti malgré qu’elle ait été, pendant plusieurs années, à la tête de la capitale. Rien d’étonnant parce que la CUA est minée par le népotisme et la mauvaise gouvernance. L’absence de revabilité est flagrante, si l’on ne cite que la récente acquisition d’une voiture de luxe d’une valeur de plus de 300 millions d’ariary.

J.Harisoa

Les commentaires sont fermées.