Flash
Préc Suiv

Sans Etats d’âme

Sans Etats d’âme

Si seulement, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles pour ce régime. Pour dire qu’après trois ans, le changement tant prôné est bel et bien en marche. La population arrive convenablement à joindre les deux bouts et que depuis le début de son mandat, la 4e République n’a reçu que de bonnes critiques, ne laissant aucune place à ce vent de revendications, contestations, de condamnations et d’opposition. Le respect de la démocratie et  des droits de l’homme sert de référence aux yeux du monde entier et qu’à travers les différents rapports publiés, Madagascar occupe la meilleure position. Et par-dessus tous, les bailleurs de fonds accordent leur totale confiance et les financements coulent à flots. En résumé, il n’y a pas de quoi  se plaindre.

La réalité est tout autre. Il n’est pas nécessaire de faire un dessin…Tout le monde tire la sonnette d’alarme. Récemment, la conférence des évêques  n’y est pas allée par quatre chemins en tirant à boulets rouges sur le gouvernement. Quand à la FJKM, elle invite le peuple à s’en remettre à Dieu. Autant dire que les Malgaches sont entre impasse et désespoir. Et, condamné à réagir, le régime se réveille, mais tardivement selon l’opinion publique.

Taper sur la table ne suffit pas, également le fait de véhiculer que ce n’est pas forcément la faute du  président si le pays est mal en point. Nul n’est irremplaçable si l’incompétence et la défaillance de certains hauts employés de l’Etat nuisent à l’image de la République, en l’occurrence celle du Chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina. Nul n’est au dessus de la loi si les élus et nominés, sous la bannière du parti au régime et étant impliqués dans des affaires louches, abusent de leur pouvoir.

Plus d’un pense que l’acta non verba de l’Exécutif de vouloir sanctionner les hauts employés véreux devait d’abord prendre tout son sens sur les affaires chaudes en cours. Au lieu de chercher des boucs émissaires au sein des esprits frondeurs qualifiés de déstabilisateurs. Un raisonnement lacunaire.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.