Flash
Préc Suiv

Epidémie de peste : baisse du nombre de cas et de la mortalité

L’épidémie de peste dans les zones pesteuses se raréfie. Et grâce au renforcement des actions de riposte, le nombre de décès a également connu une nette baisse par rapport aux dernières années. Mais il reste beaucoup à faire pour maîtriser cette maladie surtout avec l’apparition de nouveaux foyers pesteux.

Réduit de moitié. Le nombre de cas confirmés de peste a connu une nette baisse ces cinq dernières années d’après le suivi. Plus de 600 cas ont été notifiés lors de la saison pesteuse 2012-2013 contre 326 pour celle de 2016-2017, qui vient d’être clôturée au mois de mars dernier. «La diminution du nombre de cas est très importante si on remonte à la situation qui prévalait il y a dix ans, vu que plus de 1.200 cas ont été enregistrés en 2007». C’est ce qu’a informé le directeur de la veille sanitaire et surveillance épidémiologique (DVSSE) au sein du ministère de la Santé, le Dr. Maherisoa Ratsitorahana, lors de la réunion d’informations et de plaidoyers sur la situation de la peste à Madagascar, qui s’est déroulée au début de cette semaine à l’hôtel Carlton à Anosy.

Les létalités ont également connu une diminution ces cinq dernières années avec 25% de taux de mortalité lors de cette saison pesteuse. Par rapport à la saison 2015-2016, cette statistique a connu une hausse du fait de l’apparition de deux nouvelles zones pesteuses dans les districts d’Iakora et de Befotaka, où d’importants décès ont été enregistrés à cause du retard de l’accès des victimes aux traitements. Quoi qu’il en soit, la situation s’améliore au niveau des foyers pesteux habituels. «Seuls trois districts ont affiché un taux de mortalité supérieur à 10%», selon notre source. Il s’agit notamment de Manandriana, Tsiroanomandidy et Ankazobe.

Surveillance continue

En dépit de ces résultats satisfaisants, qui découlent des efforts du ministère de la Santé et de ses partenaires, en l’occurrence l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les actions de surveillance devraient se poursuivre. «L’objectif ne consiste pas à éradiquer la peste, vu que c’est impossible. Il importe notamment de maîtriser la propagation de l’épidémie et diminuer davantage l’effectif des décès liés à la peste, qui reste endémique à Madagascar et nécessitant une vraie lutte», a noté le numéro un de la DVSSE.

Cette lutte requiert d’importants moyens financiers dans la mesure où toutes les actions de prévention et de prise en charge auprès des communautés sont menées gratuitement. Raison pour laquelle, le ministère de tutelle n’hésite à demander l’appui de ses fidèles et futurs partenaires pour réussir cette lutte. L’OMS et ses partenaires, dont la Banque africaine de développement (Bad), ont renouvelé leurs engagements pour renforcer la stratégie nationale de lutte contre la peste. «Parmi ces appuis figure le développement d’approche et outil original pour lutter contre les rongeurs, notamment via la désinsectisation ou la mise en place d’un outil simple au niveau des villages, la boîte de «Kartman»», a indiqué le représentant de l’OMS Genève, Eric Bertherat.

Fahranarison

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique