Flash
Préc Suiv

Dans le collimateur du regime : le SMM répond à Olivier Mahafaly

Dans le collimateur du regime  : le SMM répond à Olivier Mahafaly

Le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) répond aux menaces du Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana. Engagé et déterminé à restaurer l’indépendance de la Justice, le SMM ne fléchit pas.

La décision du Conseil de gouvernement de mardi dernier a été mal prise par plusieurs acteurs, particulièrement ceux au sein de la magistrature. Pour le SMM, il s’agit de menace envers le Corps, mais surtout une «Obstruction à la bonne marche de la justice».

Pour rappel, le Premier ministre a donné un ordre formel et catégorique aux membres du Gouvernement concernés de «Prendre des mesures fermes contre tout acteur de déstabilisation, quel que soit son statut. Et ce, jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires même contre certains magistrats ayant abusé de leurs prérogatives légales».

Obstruction à la justice

Il semblerait alors que les magistrats soient accusés de déstabilisation. Alors que «Les magistrats ne font qu’appliquer les dispositions légales et en aucun cas, leurs actes dans l’exercice de leurs fonctions ne sauraient être considérés comme des actes de déstabilisation de l’Etat ou de la société», a répondu le SMM dans un communiqué en date de mercredi dernier. Cela d’autant plus que, «Des poursuites judiciaires envers les magistrats faisant leur travail dans la stricte application de la loi, relèvent de la pure volonté de faire obstruction à la bonne marche de la justice».

Claudine R.

Une chose est sûre, l’affaire Claudine Razaimamonjy y est pour quelque chose. En effet, le SMM a suivi l’affaire dès le début dans un souci de respect des lois et n’a cessé de dénoncer toute sorte d’irrégularités durant son déroulement. Cela depuis les actions du sénateur Riana Andriamandavy VII devant le Bianco jusqu’à l’hospitalisation de la concernée à la HJRA, en passant par son évacuation sanitaire.

Alors que l’Etat a indiqué ne pas vouloir s’immiscer, le contraire semble se produire. «Pour le SMM, si cette affaire n’est pas une affaire d’Etat, l’attitude du Gouvernement, en déclarant dans un communiqué officiel les menaces de poursuites judiciaires contre les magistrats faisant leur travail est étonnante. Car d’aucuns pensent que c’est le Syndicat des magistrats de Madagascar et en particulier son Président qui a été visé», précise toujours le communiqué.

Déstabilisation de l’institution judiciaire

Pour le syndicat, tout est clair, le communiqué du Premier ministre ne vise qu’à «Déstabiliser l’institution judiciaire». Ce que le syndicat dénonce formellement. Néanmoins, le SMM continuera de défendre l’intérêt moral, matériel et professionnel des magistrats et ne cessera de dénoncer «Toute violation de la loi ou de sa non application surtout si ces actes concernent directement  le bon déroulement des procédures judiciaires».

Tahina Navalona

 

Une réponse à "Dans le collimateur du regime : le SMM répond à Olivier Mahafaly"

  1. Ravelomanantsoa yves  20/05/2017 à 10:52

    Bravo mesdames et messieurs les juges
    Soyez solidaires c’est un grand tournant pour notre Justice mourante et pour tout le peuple malagasy privé d’une justice libre insolente et impartiale
    Toute liberté toute indépendance ne se donne pas.
    La liberté et l’indépendance on se les construit ensemble avec force conviction et sans peur
    NY MARINA TSY MBA MATY HOY NY NTAOLO MALAGASY
    Les politiques sont les fossoyeurs de notre pays avec les francs maçons qui agissent dans les seuls intérêts de leurs d’ailleurs

Les commentaires sont fermées.