Flash
Préc Suiv

De la parole à l’acte

La situation urge. Tant du côté des dirigeants que de la population. Des ordres sont lancés à l’endroit des chefs d’institution pour redresser à bref délai la barre. Les contribuables, quant à eux, se résignent à vivre sur des charbons ardents, faute de mieux, mais pour un temps vraisemblablement  limité certainement. La décompression présentera plus de danger, et les responsables en sont conscients malgré leur incompétence, car plus le ressort est comprimé, plus forte sera la décompression.

Si les hauts dirigeants éperonnent leurs subordonnés pour se disculper aux yeux de la population donc, les exécutants usent de subterfuges allant jusqu’aux abus pour dissimuler les dysfonctionnements de toute sorte au sein de son service, quitte à sacrifier d’innocents subalternes pour sauver leur tête… de véreux.

Pour les observateurs non avertis, l’administration met tout en œuvre pour ébranler sa machine. Les dirigeants jettent ainsi de la poudre aux yeux  de la communauté internationale, espérant dénicher d’hypothétiques financements pour se remplir les poches. Les initiatives prises n’ont eu aucun effet, restant dans le domaine du verbe pour s’envoler du jour au lendemain. Les foyers de tension se multiplient dans les milieux urbains et ruraux car si les gouvernants se sont bornés aux paroles, les citoyens, eux, préfèrent passer à l’acte.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.