Flash
Préc Suiv

Anaclet Imbiki : «L’indépendance de la justice ne se quémande pas»

Face à la situation que traverse le monde judiciaire actuel, notamment son indépendance, l’ancien ministre de la Justice Anaclet Imbiki a tenu à donner son avis. En effet, «Les chefs de l’Exécutif sont les plus grands prédateurs de l’indépendance de la Justice», a-t-il indiqué hier durant son intervention sur la radio Alliance 92.

«Les magistrats doivent savoir que l’indépendance se mérite et s’arrache et qu’elle ne se quémande pas», a-t-il précisé en soulignant qu’ils devraient faire obstacle aux pressions de l’Exécutif. Cependant, les magistrats se laissent faire car ils ont peur des sanctions disciplinaires qui pourraient tomber.

D’autre part, Anaclet Imbiki évoque également les grands maux du pays qui résultent du non respect des lois en vigueur. «On parle beaucoup de démocratie, la lutte contre la corruption, ou encore l’Etat de droit, mais encore faudra-t-il les mettre en œuvre», a-t-il noté.  Pour cela, le respect des textes restent de mise.

«Les lois ne sont pas aussi défaillantes, mais il y a un grand décalage sur le plan pratique», explique l’ancien ministre. Un problème qui ramène une fois encore à l’indépendance de la justice, mais également celle des autres organes de contrôle tels que l’IGE, la Cour des comptes, les commissions d’enquêtes parlementaires ou encore le Bianco et le Samifin.

T.N

 

Les commentaires sont fermées.